Surveillance du traitement hormonal substitutif (THS)

Octobre 2017

Un traitement hormonal substitutif peut être conseillé à certaines femmes ménopausées. Sa prescription dépend de nombreux facteurs, notamment de l'existence de manifestations sévères et invalidantes.

Le THS consiste à apporter à l'organisme les hormones sexuelles qui n e sont plus produites par les ovaires : les oestrogènes et la progestérone. Les recommandations actuelles de l'AFSSAPS, précisent qu'il est nécessaire d'évaluer les facteurs de risque d'ostéoporose, risque cardiovasculaire, et risque cancer du sein. La décision de traiter et la durée du traitement doivent être prises au cas par cas en fonction des facteurs de risque identifiés. La surveillance du traitement hormonal substitutif (THS) consiste à évaluer l'efficacité du traitement et à rechercher la présence d'effets secondaires.

Réévaluer le traitement une fois par an au minimum

Le traitement doit être réévalué une fois par an, et ceci même en l'absence d'apparition d'effets secondaires.

Vérifier l'existence d'un surdosage ou d'un sous dosage du traitement

L'apparition de certaines manifestations permet de vérifier l'existence d'un surdosage ou d'un sous dosage du traitement hormonal substitutif.

Signes d'un sous dosage

La persistance des manifestations de la ménopause (bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, dépression...) signifie que le traitement est insuffisamment dosé.

Signes d'un surdosage

L'apparition de douleurs des seins, de sensations de gonflement des seins, de nausées, d'hémorragies menstruelles, d'une lithiase vésiculaire et d'une prise de poids peuvent témoigner d'un surdosage du traitement hormonal substitutif nécessitant une modification de la posologie.

Arrêter le traitement

Un arrêt du traitement hormonal substitutif permet de constater la persistance ou la diminution des manifestations.

Mammographie

Effectuer une mammographie tous les deux ans.

Frottis cervico-vaginal

Effectuer un frottis cervico-vaginal tous les trois ans jusqu'à 70 ans ;

Bilan lipidique et glucidique

Effectuer un bilan glucidique et lipidique tous les deux à trois ans, selon l'avis de votre médecin.

Pour en savoir plus

A voir également


Publi-information
Publié par p.horde.
Ce document intitulé « Surveillance du traitement hormonal substitutif (THS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.