Comment savoir si mon enfant fume du cannabis ?

Janvier 2017

En novembre 2007, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) a publié un document pour aider les médecins à repérer les personnes qui font un usage nocif du cannabis. Ces dernières années, la consommation du cannabis, drogue la plus consommée en France, a évolué, notamment chez les jeunes, qui font un usage massif de produits très dosés.


Profil du consommateur

En 2005, 3 personnes sur 10 entre 18 et 75 ans ont consommé du cannabis,
  • 1 jeune sur 2 à 17 ans :
    • 28% au cours du mois dernier,
  • en usage régulier (10 usages les 30 derniers jours),
    • 15% des garçons,
    • 6% des filles.


La consommation est plutôt masculine et jeune.


Le cannabis est consommé les premières fois dans un cadre festif, initiatique. Il est source de plaisir ert intervient comme une prise de distance par rapport aux parents et à la société. Il est facile à trouver pour un jeune (sollicitations des pairs).

Les usages

Usage simple et occasionnel

Un usage simple et occasionnel N'entraîne en général pas de complications,
Il peut être à risque s'il est associé à l'alcool.au tabac à d'autres drogues, et lors de sa consommation avant 15 ans, d'une grossesse, de troubles psychiques, de la conduite de véhicule, ou dans un cadre professionnel.

Usage nocif

C'est une consommation répétée qui peut causer des dommages physiques, psychiques, sociaux et judiciaires.

Dépendance

La dépendance représente 10 à 15% des usagers. Elle concerne davantage les jeunes. Le produit a une place importante et nécessaire pour réaliser certaines activités. La personne n'arrive pas ou peu à s'en passer.

Elle correspond à un besoin compulsif du cannabis avec une prise de fortes doses pour obtenir l'effet de la drogue. Des signes de manque apparaissent en cas d'arrêt.

Effets de la consommation

Après consommation, il procure un sentiment de détente, de bien-être, une euphorie, une modification de la perception, des émotions et sentiments exacerbés, une conjonctivite injectée, une dilatation de la pupille (mydriase), une bouche sèche, ainsi qu'une fringale. Au long cours il diminue la mémoire immédiate, la vigilance et la concentration.

Il provoque une altération des performances scolaires et/ou professionnelles ainsi qu'un* syndrome amotivationnel, un déficit de l'activité, une asthénie physique et intellectuelle et une humeur dépressive.

Des troubles psychiatriques peuvent apparaître (troubles anxieux, bouffées délirantes), nécessitant une hospitalisation et accompagnées de syndromes de dépersonnalisation et de troubles confuso-oniriques. Parfois des problèmes respiratoires peuvent apparaître, ainsi que malaise, vomissements et augmentation des risques de cancer.

Facteurs aggravants

  • Facteurs liés au produit :
    • association systématique à un autre produit.
    • consommation précoce.
    • augmentation de la fréquence de la consommation.
    • usage auto-thérapeutique.
  • Facteurs individuels :
    • difficulté à trouver sa place dans le monde et la société,
    • troubles psychiques,
    • antécédents.
  • Facteurs environnementaux :
    • événement de vie (rupture, décès...),
    • problèmes sociaux,
    • consommation addictive des parents (tabac, alcool...),
    • fréquentation d'autres consommateurs..

Aborder la question du cannabis en consultation

  • Systématiquement avec un adolescent.
  • En adoptant une attitude d'empathie, d'écoute et de bienveillance.
  • Pour repérer un usage nocif : l'INPES recommande dialogue et échange.

Prendre en charge le patient

  • Faire le point sur la consommation (contexte, circonstances...).
  • Réfléchir sur les alternatives.
  • Puis soutenir la motivation du patient.

Sources

Repérage précoce de l'usage nocif de cannabis, INPES, novembre 2007.
Crédit photo : A_belov | Dreamstime.com

A voir également


Publi-information
Publié par vanina14. Dernière mise à jour le 26 août 2014 à 17:21 par Jeff.
Ce document intitulé « Comment savoir si mon enfant fume du cannabis ? » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.