Crise de nerfs - Que faire ?

Avril 2017

La crise de nerfs, que les médecins appellent "état d'agitation aiguë", est toujours spectaculaire et inquiétante pour l'entourage. Elle cache souvent une grande détresse psychologique et nécessite parfois une prise en charge médicale.


État d'agitation, cris ou hurlements, pleurs, propos incohérents… derrière la théâtralité de la crise de nerfs se cache un risque majeur qu'il ne faut jamais négliger : l'agressivité contre soi-même (tentative de suicide) ou contre les autres.

Définition

La crise de nerfs est également appelée « état d'agitation aigüe ». Elle se traduit par des cris, voire des hurlements, des pleurs, une angoisse massive et des propos incohérents. Survenant brutalement, son origine est la plupart du temps émotionnelle, due à une détresse psychologique. Toutefois, il peut y avoir une cause organique comme un traumatisme crânien, une hémorragie cérébrale ou une intoxication alcoolique. Si l'on ajoute le caractère impressionnant d'une crise de nerfs et le risque de violence contre soi-même ou les autres, il est souvent préférable d'appeler les secours.

Le rôle de l'entourage
Il ne faut pas minimiser le rôle de l'entourage. En clair, les personnes présentes jouent souvent un rôle, dans le déclenchement de la crise en cas de conflit, de problème professionnel, conjugal ou social, dans son entretien et son intensité (l'entourage renforce la crise par un comportement particulier) et parfois dans son arrêt (l'entourage a su trouver les mots adéquats pour calmer la crise à défaut de résoudre sa cause).

Signes de gravité

  • Contact impossible.
  • Violence incoercible.
  • Propos délirants.
  • Angoisse massive.
  • Intentions suicidaires.

Ce qu'il faut faire...

  • L'écouter et la rassurer : "je peux peut-être t'aider. Explique-moi ce qui ne va pas".
  • En cas de foule, s'isoler au calme avec la personne agitée, si elle n'est pas violente ou agressive. En effet, la foule peut s'avérer menaçante pour l'agité(e) et augmenter son anxiété.
  • Appeler un médecin ou les secours (15, 18) pour un traitement médical en urgence. D'autant que l'agitation cache parfois une cause purement organique : hémorragie cérébrale, méningite, intoxication alcoolique, toxicomaniaque ou médicamenteuse, hypoglycémie, épilepsie, déshydratation, traumatisme crânien…

... et ne pas faire !

  • Laisser la personne seule.
  • Vouloir dédramatiser la situation en minorant les raisons qui ont déclenché la crise, une façon de nier la détresse psychologique de l'agité(e).
  • Lui dire que "ça n'est pas grave" ou "calme-toi" qui risquent de l'agiter encore plus. Dites plutôt : "je te comprends. A ta place, je serais dans le même état que toi. Malgré tout, tu ne résoudras pas ton problème ainsi".
  • Hors menace suicidaire, l'attacher ou la ceinturer, qui risquent de renforcer son agitation.

A voir également


Publi-information
Publié par Jeff.
Ce document intitulé « Crise de nerfs - Que faire ? » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.