Prévention des crises de goutte et de l'hyperuricémie

Juillet 2016

Outre les traitements médicamenteux visant à traiter l'excès d'acide urique et les crises de goutte, certaines précautions alimentaires sont très importantes à respecter à titre préventif.

Apports hydriques

Le but est de limiter les apports d'aliments riches en substances puriques lesquelles sont ensuite dégradées pour aboutir à la production d'acide urique. Une hydratation abondante est nécessaire : 1.5 à 2 litres par jour, dont ½ litre d'eau de Vichy. Les apports d'alcool doivent être sérieusement réduits (en particulier le vin de Bourgogne).
Une perte de poids est également souhaitable, si possible de façon progressive.

Diminuer la consommation de certains aliments

L'essentiel est de réduire ensuite la consommation de certains aliments :

Les abats

Ris de veau Rognons.
Foie.
Cervelle. Langue, tripes, cœur. Saucisse.

Certains poissons

Les poissons « bleus » : Anchois, Sardine, Hareng,
Truite, carpe, brochet. Saumon, Cabillaud. Les œufs de poissons.
Les coquillages et crustacés. Les soupes de poissons.

Les viandes

Tous les gibiers, notamment les « faisandés » (bécasse par ex.).
Pigeon, oie, canard.
Les bouillons de viande.

Fromages

Fromages très fermentés.

En règle générale, il vaut mieux éviter les repas trop centrés sur les viandes.

A voir également :

Publi-information
Publi-information
Ce document intitulé « Prévention des crises de goutte et de l'hyperuricémie » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.