Vacances au soleil, quelques dangers dans la mer.

Février 2017


La Vive


Poisson présent sur toutes les côtes Françaises. La petite vive (15 cm environ) est la plus en cause, elle s'enfouit dans le sable en attendant ses proies (petits mollusques). Au moindre éveil, le poisson dresse deux épines ou éperons dorsaux et si un pied s'appui sur ces épines, le poisson injectera immédiatement son venin. La même mésaventure peut arriver au pêcheur à la ligne capturant ce petit poisson et l'empoignant pour le décrocher du hameçon.

La piqûre de vive est extrêmement douloureuse, semblable à une brûlure ou à une violente décharge électrique au départ, puis se transformant en une douleur intense pouvant gagner tout le membre et ne s'éteignant qu'après plusieurs jours parfois.

Le traitement est à peu près identique que celui face aux piqûres de guêpe, abeille ou frelon. Il repose sur les antalgiques mais peut aussi faire appel aux antihistaminiques, à la cortisone, voire à l'adrénaline car le risque d'anaphylaxie existe chez certains sujets. Le venin étant thermolabile, l'application d'une source de chaleur est aussi envisageable.

Les Méduses

La plus fréquente en Méditerranée est la Pelagia Noctiluca, qui s'est installée durablement, en partie à cause du réchauffement des eaux mais aussi suite à la raréfaction de ses prédateurs naturels (thons, tortues).

Les filaments urticants déchargent leur venin au moindre contact et infligent une véritable brûlure très douloureuse de niveau 2° degré sur la peau. La cicatrisation est lente et la cicatrice reste souvent pigmentée.


Les envenimations sévères sont rares sur nos côtes. Elles peuvent entraîner de nombreux symptômes tels que : céphalées, syncope, convulsions, vomissements, spasmes musculaires, paralysies, choc anaphylactique, troubles du rythme, bronchospasme...

Traitement immédiat : ne JAMAIS frotter la peau ni la laver à l'eau douce (libération supplémentaire de venin par éclatement de microvésicules déposées sur la peau). Laver longuement à l'eau de mer et appliquer en suite alcool ou vinaigre.

Les antihistaminiques n'ont qu'une efficacité limitée ou nulle. La corticothérapie locale peut être utilisée en cas de douleurs prolongées.

Les Oursins

Ne sont dangereux que si l'on y met le pied dessus !

Les piquants se rompent le plus souvent au ras de la peau, et il devient très difficile de les extraire.
Seule solution : appliquer de la vaseline sur toute la zone blessée pendant plusieurs jours sous film plastique (pansement occlusif) et extraire patiemment et très délicatement (car fragiles) les fragments de piquants. Cela peut durer plusieurs semaines ou mois !

Désinfecter quotidiennement la zone atteinte. Vérifier la vaccination antitétanique.

Cas particulier, les blessures par hameçon

Il ne faut JAMAIS essayer de les extraire par ses propres moyens car un hameçon refuse de s'extraire en « marche arrière ». Le recours au médecin est nécessaire.

S'il s'agit d'un tout petit hameçon, il suffit d'une minime anesthésie locale et d'une petite entaille par un bistouri + désinfection et pansement.

S'il s'agit d'un gros hameçon, l'anesthésie locale est toujours nécessaire. Il faut pousser le crochet pour faire ressortir sa pointe hors de la peau. Une pince coupante cisaillera la pointe et son ardillon et il suffira de revenir en dans le sens opposé pour retirer le reste du crochet sans déchiqueter les tissus cutanés. Suit une désinfection soigneuse + pansement. Vérifier la vaccination antitétanique.

Autres dangers à ne pas oublier

Les hélices de bateau, les glissades sur les rochers, le harpons des fusils sous-marins, les tessons de bouteilles cachés sous le sable...et les coups de soleil.

A voir également


Publi-information
Publié par DCI. Dernière mise à jour le 20 juillet 2016 à 20:28 par Crashounette.
Ce document intitulé « Vacances au soleil, quelques dangers dans la mer. » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.