Thyroïdite de Hashimoto - Symptômes et traitement

Septembre 2016

La thyroïdite de Hashimoto est une thyroïdite chronique. C'est la première maladie à avoir été reconnue comme maladie auto-immune. Décrite pour la première fois en 1912 par un médecin japonais dont elle porte le nom, elle représente aujourd'hui environ 20% des personnes souffrant d'une maladie thyroïdiennes, que ce soit une augmentation notable du volume de la glande ou une hypothyroïdie.

Définition

Le syndrome d'Hashimoto, plus connu sous le nom de thyroïdite d'Hashimoto, est une maladie auto-immune, c'est-à-dire causée par l'action des anticorps de l'organisme contre ses propres cellules, dans ce cas localisées à la thyroïde. Cette pathologie se manifeste par l'inflammation de la glande thyroïde qui génère une bosse au niveau du coup, appelée goitre. La cause du syndrome de Hashimoto est la présence d'anticorps sanguins qui s'attaquent à la thyroperoxydase, une enzyme entrant dans la fabrication des hormones thyroïdiennes et, à moindre échelle, à la thyroglobuline, un précurseur des hormones thyroïdiennes. Ainsi, la fabrication de ces hormones est perturbée et il en résulte une diminution des fonctions sous leur dépendance, d'où une hypothyroïdie.

Vidéo


Symptômes

Les symptômes du syndrome de Hashimoto sont ceux d'une hypothyroïdie : apparition d'un goitre au niveau du cou; prise de poids; visage gonflé, bouffi; augmentation de la taille des doigts, qui sont boudinés ; sécheresse de la peau avec diminution du phénomène de sueur ; ralentissement du transit avec fréquente constipation ; douleurs musculaires associées à un ralentissement des activités ; ralentissement du rythme cardiaque; baisse de la tension artérielle ; modification ou interruption des règles ; ongles fragiles et cassants ; état de fatigue généralisé ; symptômes dépressifs.

Diagnostic

Le diagnostic du syndrome de Hashimoto s'effectue en pratiquant un dosage sanguin des hormones thyroïdiennes qui sont abaissées, ainsi qu'un dosage sanguin de la TSH qui est, elle, augmenté. Le dosage sanguin des anticorps dirigés contre la thyroïde, les anticorps anti TPO, confirme le diagnostic lorsque sont élevés. Une échographie de la thyroïde peut révéler la présence d'un goitre. La scintigraphie ou la biopsie thyroïdienne n'ont pas d'intérêt en pratique.

Traitement

Le traitement consiste à administrer pendant de nombreuses années, voire le plus souvent à vie des hormones thyroïdiennes, comme l'hormone T4, identique à celle produite par la glande thyroïde, afin de compenser l'insuffisance de production de la glande. Ce traitement n'agit pas sur l'origine de la maladie, la cause étant d'origine immunitaire, mais permet à la thyroïde de mieux fonctionner et permet de mener une vie normale.

Le traitement dépend également du volume du goitre : lorsque le goitre est de volume peu important, l'absence de traitement est parfois envisagé, mais une surveillance régulière doit être effectuée. Lorsque diagnostic de maladie de Hashimoto est effectué très précocement avant que la glande thyroïde ne soit trop volumineuse, le traitement médicamenteux permet le plus souvent de stabiliser voir de diminuer ou même de normaliser le volume de la thyroïde.

Respecter les doses des médicaments

La dose thérapeutique des médicaments prescrits doit être respectée à la lettre.

Surveillance

Le traitement s'adapte à chaque patient en fonction des dosages sanguins de la TSH, T4 et T3 et de l'échographie thyroïdienne. Le médecin adaptera ainsi la posologie en fonction du volume de la thyroïde, de l'évolution des manifestations, des résultats des dosages sanguins et de l'échographie.

Video


En savoir plus


A voir également :

Publi-information
Publi-information
Ce document intitulé « Thyroïdite de Hashimoto - Symptômes et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.