Cancer des muscles - Myosarcome

Octobre 2017

Les tumeurs des muscles prennent différentes appellations suivant si elles sont bénignes ou malignes. Elles peuvent toucher n'importe quel muscle du corps humain. Le nom « myomes » est utilisé pour les tumeurs bénignes, et « sarcomes » pour les tumeurs malignes, ou cancers. Les myosarcomes prennent deux appellations distinctes selon qu'ils concernent les muscles lisses à commande involontaire comme ceux des organes digestifs notamment, ou les muscles striés aussi appelés muscles squelettiques, permettant de se mouvoir et placés sous le contrôle de la volonté. Ils sont respectivement nommés les léiomyosarcomes et les rhabdomyosarcomes. En cas de tumeur bénigne, on parlera de léiomyomes et de rhabdomyomes. Les cancers musculaires sont rares, et les rhabdomyosarcomes sont, dans la plupart des cas, découverts chez l'enfant alors que les léiomyosarcomes concernent plus fréquemment l'adulte et se localisent majoritairement au niveau des organes digestifs, ou souvent de l'utérus chez la femme.


Symptômes

La traduction clinique des myosarcomes va dépendre de leur localisation et du muscle atteint, ce qui fait que les symptômes sont variés. Généralement, ils passent inaperçus au départ, car ils n'entraînent que peu de symptômes dans les premiers temps. De façon générale, les rhabdomyosarcomes, au cours de leur développement, peuvent se manifester par une grosseur au niveau d'un muscle, parfois douloureuse. En ce qui concerne les léiomyosarcomes, leur développement étant plus « profond » car atteignant des muscles viscéraux, dans la cavité abdominale par exemple, leur découverte peut être faite sur des signes chroniques en rapport avec l'organe sur lequel ils se développent.

Diagnostic

Le cancer peut être découvert fortuitement, c'est-à-dire avant l'apparition de symptômes, lors d'un examen d'imagerie pratiqué pour une autre raison. Une fois la lésion identifiée par une imagerie, de type scanner ou plus souvent IRM, un prélèvement appelé biopsie de la tumeur peut être réalisé pour permettre une analyse de ce tissu ayant proliféré et des cellules le constituant. Si cette technique est idéale en cas de cancer des muscles superficiels, fréquemment dans les muscles squelettiques, elle peut être plus compliquée en cas d'atteinte d'un muscle profond, surtout les muscles lisses, et nécessiter une anesthésie générale. En cas de confirmation de la nature maligne de la tumeur, donc du cancer musculaire, un bilan d'extension, c'est-à-dire la recherche par différents examens d'autres localisations de cellules cancéreuses, est nécessaire.

Traitement

Le traitement du cancer des muscles est essentiellement chirurgical. Il est possible de procéder à l'ablation de la tumeur avec une partie des tissus musculaires sains ou non en fonction de l'étendue du cancer. Très souvent, une chimiothérapie est pratiquée au préalable dans les rhabdomyosarcomes pour tenter de diminuer la taille de la tumeur. La radiothérapie externe est également possible. La décision de la ou des méthodes de traitement dépendra du stade évolutif du cancer, et des résultats du bilan d'extension.

A voir également


Publi-information
Publié par Jeff.
Ce document intitulé « Cancer des muscles - Myosarcome » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.