Vacances au soleil, quelques dangers au sol

Février 2017


Chenilles processionnaires

Dans le Midi, fréquentent essentiellement les résineux dans lesquelles elles fabriquent des nids ressemblants à des grosses boules de coton. Ne JAMAIS y toucher sous peine de démangeaisons parfois atroces pendant plusieurs jours. Si vous voyez une procession de chenilles sur le sol, passez au large. En cas de contact malencontreux, se laver à grande eau, sans frotter. Quelques jours d'anti-histaminiques sont nécessaires (parfois à double dose). Faire très attention avec les chiens qui peuvent y mettre le museau et se retrouver avec une nécrose de la langue ou des muqueuses (soins vétérinaires indispensables).

Araignées

Principale espèce à signaler, la Veuve noire ou Malmignatte qui apprécie les coins sombres et les détritus laissés par l'homme. Sa morsure est indolore mais devient extrêmement douloureuse après 10 à 15 minutes. Son venin est neurotoxique (céphalées, contractures musculaires hyperalgiques, nausées, vomissements...). Antalgiques, antihistaminiques, cortisone sont souvent nécessaires. Le recours à un service d'urgence hospitalier est parfois nécessaire afin de parer à des complications éventuelles (cardio-vasculaires ou rénales + traitement de la douleur par morphiniques si nécessaire).

Scorpions

Le scorpion noir

Le scorpion noir, le plus petit (Euscorpius flavicaudis) que l'on retrouve le plus souvent la nuit en train de vagabonder dans les maisons anciennes les caves ou les greniers. Dans le Midi, annonce souvent la pluie ! Très discret dans la journée. Il est très rare de se faire piquer et sa piqûre entraîne une réaction limitée semblable à celle d'une piqûre de guêpe. Attention toutefois aux sujets allergiques qui s'ignorent et qui peuvent développer une réaction beaucoup plus sévère (urticaire géant ou anaphylaxie). Les antihistaminiques et antalgiques peuvent être utiles.

Le scorpion jaune

Le scorpion jaune ou scorpion des garrigues (Buthus occitanus), lui aussi très discret dans la journée. On le retrouve bien dissimulé sous des pierres ou des vieilles souches. Sa piqûre (très rare) est beaucoup plus douloureuse et peut parfois entraîner des complications fébriles ou neurologiques voire des réactions allergiques pouvant être sévères (voir ci-dessus).

Serpents

La couleuvre commune « à collier »: Parfois longue (plus d'1 mètre), fine, les pupilles rondes, la tête ovale. Pacifique, craintive et inoffensive. La laisser en paix (à supposer que l'on arrive à la voir...). La couleuvre de Montpellier : espèce protégée, parfois de grande taille (plus de 2 mètres !). Rare et très discrète. En métropole, c'est la seule couleuvre venimeuse. Ses crochets sont en position pharyngée ce qui suppose qu'il faudrait enfoncer une main au fond de la gueule pour courir un risque !

La vipère Aspic

La vipère Aspic, 60 à 80 cm au maximum. Corps assez trapu. Tête triangulaire, pupille ovale et verticale. Très timide, très discrète, se mettant à l'abri à la moindre vibration du sol. N'est dangereuse que si on l'agresse ou la dérange volontairement. En cas de morsure (rare), les premiers signes sont parfois tardifs (de 30 minutes à plusieurs heures) désinfecter la zone mordue, appliquer de la glace si disponible. Pas de garrot. Ne pas s'agiter. La prise d'antalgique est nécessaire (JAMAIS d'Aspirine) car la morsure est douloureuse. Les complications sont rares (œdèmes, soif intense, vomissements, troubles de la coagulation, parfois manifestations neurologiques) et ne concernent surtout les très jeunes enfants et les sujets âgés fragilisés. Il est plus prudent de consulter en milieu hospitalier. Le sérum antivenimeux est réservé à l'usage hospitalier et ne concerne que les rares cas d'envenimation sévère.

Scolopendre

La scolopendre méditerranéenne (Scolopendra cingulata): longue de 10 à 15 cm, d'activité surtout nocturne. Le jour elle s'abrite sous des pierres ou des fissures du sol ou des rochers. Comme pour la vipère ou les scorpions, il faut pratiquement le faire « exprès » pour se faire mordre, mais sa morsure, bien que peu dangereuse, n'en est pas moins très douloureuse. Il faut désinfecter la zone mordue et éventuellement recourir à un antalgique.

Tiques (Ixodes)

Très fréquemment rencontrées sur les animaux (chien en particulier) l'être humain en est aussi victime. Acarien hématophage (se nourrit du sang de son hôte), la tique est responsable de plusieurs pathologies humaines. Sa morsure est totalement indolore. Une fois son repas terminé, la tique se détache spontanément. Ainsi, la majorité des sujets mordus ignore l'avoir été. Si la tique est découverte ancrée sur l'épiderme, ne jamais tirer en force pour la détacher, les crochets resteront dans la peau et peuvent entraîner par la suite une infection ou une petite tuméfaction cutanée inflammatoire (granulome cicatriciel). Il existe de petites pinces vendues en pharmacie qui permettent d'éliminer l'insecte en totalité.

A voir également


Publi-information
Publié par DCI. Dernière mise à jour le 20 juillet 2016 à 20:33 par Crashounette.
Ce document intitulé « Vacances au soleil, quelques dangers au sol » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.