Syndrome douloureux chronique- Recommandations

Décembre 2017

En décembre 2008, la Haute autorité de santé (HAS) a publié des recommandations pour diagnostiquer et évaluer le syndrome douloureux chronique. Leur but est d'améliorer la qualité de vie du patient qui en est atteint et de l'orienter vers des services spécialisés.

D'après une enquête européenne menée en collaboration avec l'EFIC (European federation of IASP - International Association for the Study of Pain - Chapters), 7 millions de Français souffriraient de douleurs chroniques.



Définition


Une douleur chronique est, d'après l'International Association for the Study of Pain, « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion ».
C'est une douleur :
  • persistante (+ de 3 mois) ou récurrente,
  • pas ou peu soulagée par un traitement,
  • entraînant une « détérioration significative et progressive (...) des capacités fonctionnelles et relationnelles du patient dans ses activités de la vie journalière, au domicile comme à l'école ou au travail ».

Identifier une douleur chronique

  • Il faut rechercher la douleur telle que le patient la ressent et la décrit.
  • Des signes permettent de diagnostiquer une douleur chronique :
    • douleurs avec manifestations psychopathologiques (anxiété, dépression...),
    • résistance à l'analyse dite clinique et à un traitement conduit et suivi,
    • interprétations, croyances du patient sur la douleur, son traitement, ses causes, ses conséquences, éloignées du diagnostic du médecin.
    .

Évaluer la douleur

  • Une évaluation initiale permet de nommer et décrire la douleur. Plusieurs points :
    • définir les caractéristiques de la douleur, entre autres
      • conditions de sa survenue.
      • facteurs
        • déclenchant.
        • soulageant la douleur.
      • topographie.
      • intensité.
      • durée.
      • variabilité dans le temps.
    • une auto-évaluation de l'intensité de la douleur (ou hétéro-évaluation si impossibilité).
    • recherche du retentissement social, professionnel et économique (arrêt de travail, reclassement...).
    • analyse des résultats de tous les traitements antérieurs.
    • recherche systématique
      • des manifestations psychopathologiques induits par la douleur (troubles anxieux, dépressifs...).
      • des interprétations, croyances du patient vis-à-vis de sa douleur éloignées de celles du médecin.

Orienter le patient


Suite à l'évaluation initiale, la HAS conseille d'orienter le patient vers une structure spécialisée dans le but :
  • D'avoir un avis complémentaire, avec « une évaluation approfondie et multidirectionnelle » lorsque :
    • l'intensité et la durée de la douleur sont importantes par rapport à la lésion causale présumée.
    • il y a une répercussion importante sur la vie sociale, professionnelle et familiale.
    • il y a une trop grande répercussion sur l'état psychologique du patient.
  • D'avoir un avis thérapeutique complémentaire quand :
    • le traitement est régulièrement changé car soulageant peu la douleur.
    • une évaluation approfondie du traitement (efficacité, effets secondaires...) est nécessaire.
    • un traitement de palier III est envisagé.
    • un sevrage du traitement est prévu.
  • Prendre en charge plus facilement le patient
    • approche pluridisciplinaire
      • psychologique.
      • sociale.
      • physique.
      • éducation thérapeutique.
    • pour un geste thérapeutique spécifique.


Lors de cette orientation, un courrier type doit être remis. Consultez les éléments que doit contenir ce courrier, pp. 9-10 des recommandations.

Sources


Douleur chronique : reconnaître le syndrome douloureux chronique, l'évaluer et orienter le patient, HAS, décembre 2008.

Crédit photo : Eastwestimaging | Dreamstime.com

Publi-information
Publié par vanina14.
Ce document intitulé « Syndrome douloureux chronique- Recommandations » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.