Conduite à tenir en cas de coqueluche (HCSP)

Mars 2017

En septembre 2008, le Haut Conseil de la Santé Publique (HSCP) publie un rapport actualisé par un groupe d’experts du Comité technique des vaccinations expliquant aux praticiens les conduites à tenir face à plusieurs cas de coqueluche.
Ce rapport fait état de l’ensemble des comportements à adopter face à des cas de coqueluche.



Rappel sur la coqueluche


Transmission et manifestations cliniques

  • La HCSP nous rappelle que la transmission de la coqueluche :
    • se fait par voie aérienne au contact d’un sujet malade.

.
  • Manifestations
    • toux banale puis quinteuse.
    • toux prolongée et cyanosante,
    • vomissements,
    • apnées et bradycardies profondes,
    • pneumopathies de surinfection.

.
  • Diagnostic
    • condition respiratoire qui s’aggrave,
    • toux persistante spasmodique et nocturne au delà de 7 jours,
    • quinte de toux qui entraine des cyanoses et vomissements.

.
  • Traitement et prévention
    • hospitalisation pour les nourrissons,
    • antibiotiques,
    • vaccination. .

Comportements à adopter

Définitions des sujets concernés

  • Cas suspect
    • toux insomniante nocturne avec quintes évocatrices,
    • reprise inspiratoire difficile, vomissements ou accès de cyanose,
    • depuis plus de 8 jours, et en l'absence d'une autre étiologie.

.
  • Cas confirmé
    • toux avec quintes évocatrices d'au moins 14 jours en l'absence d'une autre étiologie,
    • culture positive, PCR positive.

.
  • Sujets à risque
    • nourrissons non protégés par la vaccination, sujets souffrant de pathologie respiratoire chronique, immunodéprimé,
    • femmes enceintes, parents ou fratrie de nourrissons non vaccinés. .

Conduites à tenir

  • Avec le sujet contaminé :
    • hospitalisation pour les 0/3mois,
    • isolement.

.
  • Avec l’entourage :
    • recherche de tousseurs,
    • prescrire une antibioprophylaxie aux sujets asymptomatiques non protégés par la vaccination,
    • mettre à jour les vaccinations de la population exposée.

.
  • Dans les collectivités :
    • crèches et établissements scolaires
      • antibioprophylaxie
        • de tous les nourrissons,
        • du personnel non protégé par une vaccination contre la coqueluche datant de moins de cinq ans,
        • de tous les contacts proches du cas non protégés par la vaccination,
        • frères et sœurs de nourrissons non protégés par la vaccination.

.
      • information et surveillance de la classe par la médecine scolaire pour détecter de nouveaux tousseurs.

.
    • établissements de santé (maternités et établissements pour personnes âgées dépendantes)
      • même mesures de contrôle ;
      • signalement interne immédiat à l’équipe d’hygiène hospitalière, à la médecine du travail ou à la Direction départementale de l’action sociale (Ddass),
      • mise en place d’une surveillance active pour suivre l’arrivée de nouveaux cas,
      • port du masque.

.
  • Cas groupés de coqueluche :
    • informer le médecin inspecteur de la Ddass,
    • information des populations exposées,
    • isolement de tout sujet présentant une toux,
    • l’antibioprophylaxie est prescrite aux personnes exposées non protégées par la vaccination,
    • rapport d’investigation transmis à l’INVS :
      • descriptif de la collectivité,
      • nombre de cas suspects, nombre de cas confirmés,
      • âge et statut vaccinal des cas,
      • taux d'attaque chez les enfants,
      • mesures de contrôle mises en place..



Crédit photo : Aceshot - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Publié par vanina14.
Ce document intitulé « Conduite à tenir en cas de coqueluche (HCSP) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.