Prise en charge des cirrhoses (HAS)

Juin 2017

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en septembre 2007 un guide dont l’objectif est d’expliciter aux professionnels de santé la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un malade atteint de cirrhose.
L’alcool et les infections par les virus de l’hépatite B et C sont les principales causes de la cirrhose en France chez l’adulte. C’est une maladie qui nécessite une prise en charge des facteurs de causalité et comorbidités et une surveillance médicale régulière.


Bilan initial


La HAS recommande dans un premier temps :
  • « d’évaluer la sévérité de la cirrhose ;
  • de réaliser le bilan étiologique de première intention visant à identifier la cause de la cirrhose et les éventuelles comorbidités ;
  • de coordonner les actions avec la famille, les paramédicaux ou les aides de vie. »


La HAS insiste sur les points suivants pour l’interrogatoire et l’examen clinique :
  • « évaluer la consommation d’alcool, de médicaments ou de substances potentiellement hépatotoxiques, dépister l’existence de comorbidités ;
  • rechercher les signes d’insuffisance hépatocellulaire et d’hypertension portale ;
  • calculer l’indice de masse corporelle et mesurer le tour de taille à la recherche d’un surpoids, facteur aggravant ; ou d’une dénutrition ».


La HAS décline aussi la liste des examens biologiques, à visée étiologique et morphologiques, à consulter dans le guide de la HAS, page 7 et résumés dans le tableau ci-dessous.

Prise en charge thérapeutique


Selon la HAS, voici les objectifs principaux de la prise en charge thérapeutique ainsi que les moyens thérapeutiques associés :
  • Traiter la cause de la cirrhose et prendre en charge les facteurs aggravants : aider à l’arrêt de la consommation d’alcool, contrôler le surpoids.
  • Prévenir et traiter les complications de la cirrhose :
    • hémorragie digestive : traiter avec des bêtabloquants non cardiosélectifs ou une ligature endoscopique ;
    • infections bactériennes : rappel des principales mesures hygiéno-diététiques (en particulier soins buccodentaires) et prise en charge hospitalière pour toute suspicion d’infection bactérienne ;
    • carcinome hépatocellulaire.
    .
  • Mettre à jour les vaccinations : hépatite A, hépatite B, grippe, pneumocoque.
  • Adapter les traitements concomitants et les posologies (en raison d’une diminution du métabolisme hépatique et/ou d’une susceptibilité accrue).
  • Accompagner le patient et son entourage : éventuelle prise en charge psychologique.

Suivi


Afin de diminuer la morbi-mortalité associée à la cirrhose, la HAS conseille une surveillance, environ tous les 6 mois, axée sur la prévention et la détection précoce des complications. Pour ce faire, la HAS recommande d’effectuer à chaque rendez-vous les examens déclinés dans le bilan initial.

Sources


Consulter les recommandations complètes de la HAS. Vous y trouverez notamment p.18 les examens complémentaires à effectuer, en fonction de la situation particulière du patient : ostéoporose, hémophilie et maladie de Willebrand, grossesse, cirrhose du nourrisson ou de l’enfant.

Crédit photo : Eraxion - Dreamstime

A voir également


Publi-information
Publié par vanina14.
Ce document intitulé « Prise en charge des cirrhoses (HAS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.