Prise en charge de l'hépatite C chronique (HAS)

Mars 2017


Prise en charge de l'hépatite C chronique (HAS)


La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en mai 2006 un guide qui détaille la prise en charge optimale et le parcours de soins d'un malade admis en ALD pour hépatite chronique C. La liste des actes et prestations pour cette ADL a été actualisée en novembre 2007.
En France, on estime à 400000 le nombre de personnes porteuses d'anticorps contre le virus de l'hépatite C (VHC), soit 0,84% de la population. 5 000 nouveaux cas sont déclarés chaque année, majoritairement des usagers de drogues intraveineuses.

Bilan initial

Objectifs du bilan


La HAS recommande dans un premier temps « d'affirmer le portage chronique du VHC et de préciser le degré d'atteinte hépatique. »
Dans l'optique d'un traitement antiviral, il est conseillé au médecin :
  • d'évaluer l'indication du traitement,
  • d'identifier les comorbidités, l'impact d'éventuelles addictions et les contre-indications.
  • d'informer le patient des bénéfices du traitement mais aussi des contraintes et complications possibles.

Si le patient n'est pas traité, la HAS recommande au médecin de « disposer de données de base en cas de complications ultérieures ».

Bilan de base

  • transaminases (ASAT, ALAT), gamma-GT, phosphatases alcalines, bilirubine, taux de prothrombine (TP), hémogramme y compris plaquettes,
  • anticorps anti-VHC,
  • détection qualitative de l'ARN du VHC sérique,
  • détermination du génotype viral,
  • alphafoetoprotéine,
  • échographie abdominale,
  • PBH avec établissement du score METAVIR,
  • quantification de la virémie (ARN quantitatif) si décision de traitement.
  • recherche de comorbidités.
  • recherche de contre-indications au traitement.

Prise en charge thérapeutique


Les traitements antiviraux étant inconstamment efficaces et source d'effets indésirables, l'objectif est d'éradiquer le virus en traitant les formes les plus actives et en surveillant sans traiter les formes peu évolutives.
Selon la HAS, le traitement a donc pour objectif l'obtention d'une :
  • réponse virale (ARN du VHC négatif) persistant 6 mois après la fin du traitement,
  • normalisation des transaminases,
  • stabilisation, voire régression des lésions histologiques.


La HAS recommande également une éducation thérapeutique du patient, qui comprend :
  • une information sur les thérapeutiques disponibles, les effets indésirables, la planification des examens de routine, le dépistage des complications.
  • un apprentissage des gestes techniques.
  • des recommandations pour l'arrêt de la consommation d'alcool, tabac, des recommandations en cas de coaddiction et excès de poids.

Pour prendre connaissance des traitements, consultez la liste des actes et prestations.

Suivi


La HAS décline les objectifs de ce suivi en trois points :
  • la vérification de l'efficacité et de la tolérance du traitement,
  • la surveillance de l'évolution du degré de cytolyse, de cholestase, de fibrose, d'insuffisance hépatocellulaire et dépistage du carcinome hépatocellulaire.
  • la surveillance de la non-évolutivité du processus hépatique, si le patient n'est pas traité.

Ce suivi comprend des examens complémentaires détaillés dans le guide ALD Hépatite C chronique.

Sources


Consultez les documents de la HAS relatifs à la prise en charge de l'hépatite C chronique.

Crédit photo : © Eraxion | Dreamstime.com

A voir également


Publi-information
Publié par vanina14.
Ce document intitulé « Prise en charge de l'hépatite C chronique (HAS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.