Éviter les risques iatrogéniques chez les personnes âgées (HAS)

Novembre 2017






Éviter les risques iatrogéniques chez les personnes âgées : les outils de la HAS


Les personnes âgées font souvent l'objet d'une médication multiple. Celle-ci, bien que nécessaire, peut parfois entraîner des risques iatrogéniques.
Parce que 20% des hospitalisations des plus de 80 ans sont liées en tout ou en partie à un médicament, il est important de diminuer le risque lié aux traitements, de favoriser leur observance et d'éviter les prescriptions inutiles.
C'est dans ce cadre que la Haute Autorité de Santé a mis en place plusieurs outils pour « améliorer la Prescription Médicamenteuse chez le Sujet Âgé » (PMSA 2003-2005).



La prescription

La HAS recommande de « mieux prescrire »


« Mieux prescrire » sous-entend :
  • Réévaluer régulièrement les diagnostics pour ne plus prescrire un médicament qui n'a plus d'indication.
  • Prescrire plus de médicaments dont l'efficacité est démontrée.
  • Mieux tenir compte du rapport bénéfice/risque.
  • Moins prescrire les médicaments ayant un service médical rendu insuffisant.

Des étapes clés pour la prescription


D'après la HAS, 4 étapes sont nécessaires pour « bien prescrire »
  • Hiérarchiser avec la personne âgée les pathologies à traiter.
  • Définir les modalités de suivi avec l'accord du malade.
  • Rédiger l'ordonnance.
  • Réaliser le suivi prévu et ajuster le traitement.

Un nouveau symptôme : le réflexe à avoir


En cas de nouveau symptôme chez le patient âgé, le réflexe à avoir d'après la HAS est le « réflexe iatrogénique ».
Devant un nouveau symptôme, il faut se poser la question : « Un accident iatrogénique est-il possible ? »
Le document suivant, réalisé par la HAS, est un mémo « bonne pratique » sur le réflexe iatrogénique.

Comment réviser le traitement médicamenteux ?


Il existe 2 modes de révision du traitement : la consultation spécifique et la revue de l'ordonnance. Là encore, la HAS a prévu un mémo sur les démarches à suivre.

7 questions essentielles


La HAS propose 7 questions pour le médecin afin qu'il puisse évaluer ses pratiques. Les questions sont les suivantes :
1. La liste des pathologies est-elle établie?
  • pathologies actuelles.
  • pathologies à traiter.
  • révision de moins d'un an.

2. La liste des médicaments est-elle établie?
  • autres prescripteurs potentiels.
  • automédication éventuelle.
  • révision de moins d'un an.

3. La personne gérant le traitement au quotidien est-elle identifiée : le malade ou un aidant?
4. La clairance de la créatinine datant de moins d'un an est-elle disponible?
5. L'existence de chutes a-t-elle été recherchée depuis moins d'un an?
6. Les critères d'efficacité sont-ils suivis pour tout nouveau médicament ?
7. Les critères de tolérance sont-ils suivis pour tout nouveau médicament ?

Plus de mémos sur les bonnes pratiques


Il existe d'autres mémos sur les bonnes pratiques pour prévenir les risques iatrogéniques chez les personnes âgées. Ceux-ci, réalisés également par la Haute Autorité de Santé, traitent des thèmes suivants :

Sources


Retrouvez les outils mis en ligne par la HAS pour améliorer la Prescription Médicamenteuse chez le Sujet très Agé.
Prescription médicamenteuse chez le sujet âgé : évaluation des pratiques professionnelles.

Publi-information
Publié par vanina14.
Ce document intitulé « Éviter les risques iatrogéniques chez les personnes âgées (HAS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.