Fascination pour la mort (adolescence)

Mars 2017

Fasciné par la mort


La fascination de l'ado pour la mort, remonte aux années de la petite enfance quand les parents lisent encore des histoires, des contes ou même les fables de La Fontaine où déjà, la mort est omniprésente. A l'adolescence, les grandes questions sur le sens de la vie, de l'amour, de l'amitié et bien sûr de la mort surgissent naturellement. Mais la mort fascine davantage parce qu'elle est l'expérience ultime, celle qui met en jeu... la vie.

La mort se cache : l'ado la provoque

  • Jeu du foulard, risques insensés pris à vélo, en skateboard ou sur le balcon d'immeuble de 15 étages, l'adolescent veut défier ce qu'il pense ne pas pouvoir l'atteindre.
  • Ses « épreuves » ont une valeur initiatique dans une société où la mort n'est plus visible qu'au cinéma, à la télévision ou sur les jeux vidéo !
  • La mort, expulsée de nos vies quotidiennes, n'en est devenue que plus fascinante.
  • Autrefois, sa présence dans l'espace social était plus marquée et permettait aux enfants comme aux ados de l'intégrer mentalement dans le cycle normal de la vie.

Comment parler de la mort aux ados


Le décès d'un membre de la famille, d'un proche ou d'un ami constitue la meilleure occasion pour aborder le sujet avec l'enfant ou l'adolescent. C'est en effet le moment d'interroger les représentations, de questionner les émotions, de sonder les questionnements suscités par la survenance d'un décès.

Dans tous les cas, il faut en parler avec simplicité, même si la confrontation avec la mort d'un proche est source de désorientation provisoire et d'une perte temporaire de repères. La mort de doit jamais être un sujet tabou.

Place du suicide


Certaines études avancent qu'un ado sur deux aurait des pensées suicidaires ! L'adolescence est en effet une période de remaniement important au cours de laquelle l'individu perd l'innocence de l'enfance.

Cette « découverte » déclenche parfois des états anxieux favorisant l'apparition de pensées suicidaires. Ces mauvaises pensées sont donc souvent l'expression d'un profond spleen propre à la période de l'adolescence.

Les parents doivent chercher à comprendre ce qui motive les pensées suicidaires ou les propos récurrents sur la mort. La nécessité d'établir et d'entretenir un dialogue permanent avec son enfant, dès sa puberté, est une règle de base dont le respect évite bien des déconvenues ultérieures.

Les signes qui doivent alerter les parents de l'exposition de leur ado à des tendances suicidaires sont : la perte de sommeil, l'apparition, sans explication apparente, de difficultés scolaires, un isolement anormal (jamais de camarades à la maison, par exemple)...

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Fascination pour la mort (adolescence) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.