Violence chez les jeunes à l'école

Mars 2017

Violence à l'école


Les phénomènes de violence à l'école et la progression constante des comportements violents de certains ados est devenu ces dernières années un véritable problème de société. Sociologiques, culturelles et psychologiques, les causes de la violence de ces ados sont multiples.

Rackets, vols, agression, trafic en tout genre... la liste est longue des agissements qui riment avec violence. Pourquoi ? C'est évidemment la question que parents, professionnels de l'éducation et de l'enfance se posent pour parvenir à répondre à la question qui intéresse tout le monde : comment enrayer durablement ce phénomène préoccupant ?

Responsabilité des parents


Les comportements violents apparaissent le plus souvent chez des ados dont les parents sont « démissionnaires » de longue date. Cette « démission » parentale peut prendre deux formes : le désintérêt pur et simple ; l'incapacité à exercer une autorité parentale.

Quelle que soit l'origine de cette démission, elle engendre chez de nombreux ados un sentiment d'abandon construit à partir de l'accumulation de frustrations affectives.

Le passage à l'acte est bien souvent une manière de gérer cette frustration en la transférant sur la victime. Si la répétition de comportements violents traduit bien cette souffrance psychologique, elle aggrave les lacunes de l'ados en matière de perceptions morales et de compréhension des limites qui doivent border ses relations avec autrui, y compris ses relations conflictuelles.

Langage du plaisir impatient


Dans une société où les adultes pensent que l'essentiel de l'existence consiste à satisfaire ses désirs et retirer le maximum de plaisir, il n'est pas étonnant que les ados adoptent aussi ce type de représentation. Mais l'ado ne dispose pas des mêmes éléments de recul de l'adulte et considère que, finalement, la société lui « doit » ce qu'il veut.

Ce besoin impérieux de recevoir ce qui est ressenti comme un dû se confronte rapidement à la réalité en créant évidemment une grande frustration, principal moteur du passage à l'acte violent.

Que faire ?


Côté parents, devenir eux-mêmes des adultes ! C'est-à-dire assumer leur devoir d'autorité tout en répondant à la nécessité d'installer un dialogue qui permet de placer des repères. Il faut agir vite ! Les premiers comportements violents appellent une réponse immédiate. *Ne pas réagir aussitôt, c'est mettre l'enfant en danger : délinquance quand la violence est tournée vers les autres ; comportement autodestructeur pouvant aller jusqu'au suicide quand la violence est tournée vers soi.

Rétablir la communication quand elle a été rompue. La relation parent-enfant doit en permanence reposer sur le dialogue et l'écoute mutuelle, surtout durant l'adolescence.

Les enseignants suivent de leur côté des formations qui leur permettent de mieux gérer leurs émotions et les conflits qui peuvent les opposer à des élèves violents. Dans la plupart des cas, les enseignants parviennent à rétablir un dialogue constructif et enrayer les mécanismes psychologiques qui conduisent à la violence.

Parents et enseignants doivent aussi apprendre à dialoguer ensemble et recourir sans hésiter à des professionnels : éducateurs, psychologues scolaires, pédopsychiatres...

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Violence chez les jeunes à l'école » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.