Alcool chez les jeunes

Mars 2017

Consommation d'alcool chez les jeunes


La consommation d'alcool est en augmentation constante chez les jeunes. Mais si elle commence de plus en plus tôt (dès 12 ans !), les cas de réelles dépendances restent très rares.

Il n'existe pas chez l'adolescent un, mais des modes de consommations d'alcool : simple rite initiatique de passage de l'adolescence vers l'âge adulte, recherche inquiétante d'une « défonce » à bon marché, recherche des limites ou encore remède illusoire et passager contre l'angoisse de grandir, de se construire et d'être soi. Mais quels que soient ses visages, l'alcool constitue un danger réel pour les ados : il est impliqué dans 30% des accidents de la route chez les 18-24 ans, et responsable chaque week-end de comas éthyliques, de violences diverses, d'accidents traumatiques, de pancréatites...

Alcool festif ou « binge drinking »

  • Même si certains comportements préoccupants tendent à augmenter, ils restent néanmoins marginaux comparés à ceux de l'immense majorité des adolescents.
  • Une fête entre amis sans alcool est difficilement envisageable : levée des inhibitions, intégration à un groupe, facilité de créer du lien social. Les « avantages » de l'alcool sont si évidents !
  • Les enquêtes le confirment d'ailleurs clairement : à travers l'alcool, ce que les jeunes recherchent avant tout, c'est de pouvoir aller vers les autres sans (trop) craindre d'être rejetés.
  • Cette fonction désinhibante bien connue de l'alcool est loin du « binge drinking », dont le seul objectif est d'être le plus ivre possible dans le moins de temps possible.

Rôle des parents

  • Parler, dialoguer, échanger avec l'adolescent sur le thème de l'alcool. Un anniversaire, une fête entre amis, le réveillon du jour de l'an sont autant d'occasions pour aborder le sujet sous un volet éducatif et préventif.
  • Rappeler le rôle festif de l'alcool dans nos sociétés tout en soulignant ses dangers : dépendance, alcoolisme, diminution de son potentiel physique et intellectuel.
  • Ne pas interdire la consommation d'alcool ; c'est le plus sûr moyen d'accroître son attractivité et d'augmenter le désir de transgresser l'interdit.
  • A partir d'un certain âge (17-18 ans), leur apprendre à consommer « intelligemment » de l'alcool, c'est-à-dire de savoir prendre du plaisir, tout en ayant toujours à l'esprit la dangerosité du produit.
  • En cas de constat de comportements anormaux, d'une fatigue inhabituelle, de résultats scolaires en forte baisse sans explication apparente, la piste d'une consommation d'alcool (ou d'autres substances) doit être rapidement envisagée.
  • En pareil cas, si le dialogue avec l'ado est un préalable, la consultation d'un médecin généraliste est impérative ou la prise de contact avec une association spécialisée comme par exemple Ecoute Alcool (0 811 91 30 30).
  • Si le problème de l'adolescent avec l'alcool est avéré, la consultation rapide d'un service d'addictologie est vivement recommandée. Ces consultations sont désormais ouvertes aux mineurs.

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Alcool chez les jeunes » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.