Adolescence difficile

Juin 2017

Adolescent rebelle


Il (ou elle) traîne à la maison, ne participe pas à la vie de famille et moins encore aux travaux domestiques, laisse traîner son linge, ne débarrasse jamais son couvert, réclame, voire exige, toujours davantage d'objets de consommation sans considérer la réalité des ressources familiales, son travail scolaire laisse à désirer et l'idée de travailler lui donne des sueurs froides, il lui arrive même parfois de vous manquer de respect... pas de doute, votre enfant est un ado difficile !

Mais parfois les choses s'enveniment et le parcours de l'ado difficile se complique par des séjours en centres de désintoxication, sur les bancs d'un palais de justice ou en consultation psychiatrique pour anorexie, boulimie ou tentative de suicide... Comment un ado devient-il difficile et que peuvent faire concrètement les parents ? Eléments de réponse.

Que se passe-t-il dans la tête d'un ado difficile ?


Tous les adolescents recherchent leur place à un moment de la vie où le petit d'homme n'est plus un enfant, mais pas tout à fait encore un adulte. Se poser en s'opposant constitue l'une des réponses fréquentes choisies par eux pour se construire et se préparer à entrer dans le monde des adultes. Paradoxalement, c'est au moment où ils en ont le plus besoin qu'ils veulent s'affranchir de toutes règles, de toute autorité et surtout de tous les codes que la société leur propose. Ils se veulent avant tout « rebelles ».


Cette volonté d'émancipation passe par la construction et le partage au sein de « tribus » qui possèdent leurs propres codes vestimentaires ou de langage, mais aussi comportementaux (consommation de tabac, d'alcool, de drogue, violence...).

Comprendre pour mieux agir


Quand la situation dépasse le cadre de la crise d'ado classique - même un peu forte -, il est indispensable d'élucider les mécanismes psychologiques, voire psychopathologiques, susceptibles de rendre compte des difficultés rencontrées. La compréhension de ces mécanismes est essentielle, non seulement aux professionnels qui prennent en charge ce type d'adolescents, mais aussi aux parents dont la parentalité est fortement malmenée.

Si les causes sociales peuvent être souvent légitimement invoquées, elles n'expliquent pas tout et notamment pas les raisons pour lesquelles une dérive finit par s'ancrer dans le quotidien de l'ado, notamment dans le cas de comportement violent et délinquant.

Que faire ?

  • Donner des repères. Même si l'adolescent se rêve rebelle, il a besoin de repères et d'un adulte à ses côtés pour le guider.
  • Remplacer le parent « copain », par le parent « éducateur » ! Il n'est jamais bon de mélanger les genres, ni trop tard pour reprendre son rôle d'éducateur. La relation parents-enfant doit maintenir la possibilité de dresser des interdits légitimes. Un parent est un guide ; un copain, un complice.
  • Donner l'exemple. L'exemplarité est l'un des moyens les plus efficaces pour asseoir la légitimité d'une autorité. Il convient donc de ne jamais se comporter comme on peut reprocher à l'ado de le faire parfois : à la maison, en voiture, chez un commerçant, dans la rue, avec les autres...
  • Dans les cas extrêmes, le recours à des professionnels est indispensable. Psychologues psychiatres, éducateurs spécialisés, association de soutien aux parents (l'Ecole des parents, par exemple) permettent d'articuler l'éducatif avec le psychologique, et parfois même avec le psychiatrique.

Pour aller plus loin

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Adolescence difficile » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.