Gérer la relation avec un enfant unique

Janvier 2017
Minoritaires en France, les enfants uniques représentent néanmoins 10% de la totalité des enfants. Suspectés d'être égoïstes, plutôt solitaires et dépressifs parce que « pourris gâtés » et trop maternés, les enfants uniques sont dits aussi peu sociables, sûr d'eux et conquérants ! Qui sont donc réellement les enfants uniques ? Avant tout, des enfants comme les autres sans profil psychologique particulier. Ce qu'il faut vraiment savoir eux.


La vraie difficulté : les parents, pas l'enfant

En concentrant toute l'attention de ses parents, l'enfant unique est malgré lui surprotégé et devient peu à peu une sorte de héros familial. Si cette surprotection lui procure dans la petite enfance un sentiment de sécurité important, elle peut aussi créer, dès la puberté, une impression d'intrusion permanente étouffante... Les parents d'enfants uniques ont parfois tendance à laisser peu d'espace personnel à l'enfant qui a été l'objet de tout leur investissement affectif. « Qu'est-ce que tu fais ? Où vas-tu ? Avec qui ? Appelle-moi quand tu seras arrivé ? » etc. Des questions de parents banales, sauf quand elles deviennent irrépressibles et que l'enfant a 17 ans et parfois plus !

La monoparentalité : l'enfant unique parfois en danger

Le cas particulier de la monoparentalité constitue une situation à risque pour l'enfant unique en position de face à face avec le parent isolé (généralement la mère). Le risque est celui d'une dérive relationnelle qui peut se traduire soit par l'effacement de l'enfant ; soit par sa révolte. Confident de sa mère, l'enfant unique devient un déversoir inconscient de tristesse et de rancoeurs. L'enfant n'existe plus qu'à travers le regard de sa mère et de la fonction jouée auprès d'elle. Son identité propre est niée et la possibilité même de son essor anéantie.

Second scénario, la révolte. Plus courante entre la mère et sa fille unique, cette révolte se manifeste par le conflit ouvert entre deux femmes dont l'une refuse d'être réduite à n'être que le miroir de l'autre.

Comment réussir l'éducation d'un enfant unique ?

Socialiser l'enfant assez tôt pour qu'il échappe au face à face permanent avec ses parents et permettre à ses derniers de prendre de la « distance ». Pour cela, une inscription en crèche, une scolarisation anticipée, la réception régulière au domicile d'amis ou de la famille, des sorties fréquentes pendant lesquelles l'enfant est confié aux soins d'une baby-sitter, sont des actions qui éviteront un entre-soi, à terme, dommageable pour tous.

Respecter l'équation personnelle de l'enfant unique. Inutile de se démener pour provoquer des rencontres extérieures au premier cercle familial sous prétexte de socialisation active si l'enfant préfère peindre des figurines seul dans sa chambre ou jouer du piano. Un enfant unique peu apprécier la solitude par tempérament sans qu'il soit nécessaire d'appeler le psychologue !

A voir également


Publi-information
Dernière modification le mardi 26 avril 2016 à 16:34:41 par Jeff.
Ce document intitulé « Gérer la relation avec un enfant unique » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.