Faut-il avoir peur des images subliminales ?

Octobre 2017
Percevoir des images sans les voir. Tel est le principe des images subliminales. En d'autres termes, le cerveau enregistrent et mémorisent une image que le sujet n'a pas conscience d'avoir vu (« subliminale » signifie sous ou en deçà de la conscience), et qui n'est effectivement pas visible par l'oeil humain. La puissance manipulatoire supposée de ce type d'images a conduit les législateurs de nombreux pays à en interdire la diffusion, notamment dans des contextes de campagnes électorales. Cependant, la « dangerosité » de ces images pour l'intégrité de nos comportements et de nos opinions reste à prouver.

Mémoire et images subliminales

Une séquence projetée (télévision, vidéo, cinéma...) est constituée de 24 images par seconde. Or, la vitesse à laquelle le signal visuel s'imprime sur la rétine avant d'être transformé en message nerveux et envoyé vers le cerveau, ne permet pas à ce dernier de percevoir consciemment une 25e image par seconde ; alors même que l'image est bien arrivée jusqu'à lui et a été stockée dans le lobe temporal ! C'est donc bien sûr la mémoire à long terme, dite non déclarative ou encore implicite (c'est-à-dire qui mobilise des procédures cognitives inconscientes), qui est directement concernée. En relation avec les capacités d'apprentissage de l'individu, la mémoire implicite influence le sujet à « l'insu de son plein gré ». Ce mécanisme est notamment à l'oeuvre quand un individu apprend à marcher, à nager ou à faire du vélo. Le cerveau mémorise les gestes et les comportements utiles pour atteindre l'objectif visé.

Images subliminales et manipulation

Si la réalité d'une perception subliminale (donc inconsciente) d'une 25e image fait l'unanimité dans la communauté des chercheurs en sciences cognitives et en psycholinguistique, c'est sa « toxicité psychique » supposée qui fait débat. Les inquiets pensent qu'en pénétrant dans la mémoire implicite, les images subliminales ont le pouvoir de conditionner des comportements ou des opinions. Les sereins pensent au contraire que ce risque de conditionnement inconscient est faible, voire inexistant.


Plusieurs études plaident en faveur des chercheurs sereins dont une expérience menée au Canada par une chaîne de télévision. Au cours d'une de ces émissions grand-public où les téléspectateurs sont invités à composer un numéro de téléphone, une image subliminale a été introduite 300 fois avec le message : « appelez maintenant ». Résultat : les flux d'appels sont restés comparables aux flux enregistrés lors des émissions précédentes, mais aussi constants tout au long de l'émission test, c'est-à-dire sans pic d'appels au moment de la diffusion des images subliminales. La 25e image n'aurait donc pas de potentiel de manipulation.

A voir également


Publi-information

Sollten wir Angst vor unterschwelligem Abbild haben?
Sollten wir Angst vor unterschwelligem Abbild haben?
Ce document intitulé « Faut-il avoir peur des images subliminales ? » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.