Les traumatismes liés à la pratique du rugby (InVS)

Avril 2017

En septembre 2008, l'InVS a publié un guide sur l'épidémiologie des traumatismes liés à la pratique du rugby. En France, le rugby à XV et le rugby à XIII sont surtout pratiqués dans le grand Sud-Ouest, par près de 275 000 licenciés (dont 266 000 licenciés en rugby à XV), soit par 4 pour mille de la population française.

Le taux d'incidence

  • Les taux d'incidence de survenue de traumatismes varient selon
    • le type de pratique,
    • la catégorie d'âge,
    • la catégorie de sportifs.
  • Ils sont exprimés :
    • en incluant toutes les lésions,
    • en considérant uniquement les lésions ayant empêché le joueur de jouer en match ou à l'entraînement.
  • Les taux d'incidence sont exprimés en nombre de traumatismes pour 1 000 heures de pratique.
  • Variation du taux d'incidence :
    • chez les professionnels : entre 139 et 463/1 000 heures de jeu ;
    • chez les semi-professionnels âgés de moins de 19 ans : 161/1 000 heures de jeu.

Les facteurs de variation

L'âge

  • Les taux d'incidence variaient en fonction de l'âge :
    • les jeunes (groupe des moins de 13 ans, 14 ans, 15 ans, 16 ans) ;
    • et les seniors (1re division, 2e division et les moins de 19 ans).

Le niveau de compétition

  • Il existe une relation significative entre la survenue de lésions et le niveau de compétition des joueurs :
    • chez les joueurs professionnels, les taux d'incidence augmentent avec le niveau de compétition des joueurs.
    • lors des entraînements, les taux d'incidence sont significativement plus élevés.

Match ou entrainement

  • Les taux d'incidence sont beaucoup plus élevés en match qu'à l'entraînement :
    • taux d'incidence en match de 68 à 158/1 000 heures ;
    • de 0,3 à 0,5/1 000 heures à l'entraînement, grâce aux exercices physiques qui provoquent moins d'accidents.
  • En période compétitive, les taux d'incidence augmentent à mesure que la saison avance :
    • avec plus de lésions en deuxième partie de saison chez les amateurs et chez les semi professionnels ;
    • ce constat est expliqué par le fait que
      • la durée et le surmenage augmentent lors des matchs,
      • augmentation des blessures en fin de saison,
      • la fatigue et la récurrence des lésions qui n'ont pas pris le temps d'être soignées correctement augmentent le risque de blessures.

Traumatismes et prévention

Lésions et parties lésées

  • Le plaquage représente entre 38% et 77% des causes des blessures.
  • Les lésions musculaires représentent 30% de l'ensemble des lésions chez les amateurs, semi-professionnels et professionnels.
  • Les contusions les déchirures et les lésions articulaires sont également fréquentes.
  • Les jeunes contractent plus souvent des fractures (environ 30%) et les seniors contractent plus souvent des hématomes et des entorses (30 à 53%).
  • Chez les amateurs, les lésions au niveau de la tête et du cou représentent 25% de l'ensemble des lésions.
  • Chez les professionnels
    • les lésions au niveau de la tête et du cou représentent les principales parties lésées ;
    • lésions du membre inférieur : cuisse et mollet (18%), genou (10%), thorax et abdomen (9%).
  • Chez les jeunes, la partie lésée la plus souvent atteinte est :
    • le genou (14%),
    • la cheville (13%),
    • la tête et du cou 11%).

Prévention

  • Plaquage
    • phase de jeu la plus citée comme source de traumatismes,
    • mise en place de stratégies de prévention caractérisées par
      • un entraînement défensif,
      • la connaissance et l'application des bonnes techniques de plaquage.
  • Exercices renforçant les muscles du cou.
  • Prise en charge des lésions traumatiques.
  • Techniques plus sécuritaires durant les phases de contact.
  • Port de protège dents recommandé.

Sources


L'épidémiologie des traumatismes liés à la pratique du rugby, InVS, septembre 2008.
Crédit photo : Istockphoto - Andy Cole

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Les traumatismes liés à la pratique du rugby (InVS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.