Trouble de conversion : le corps n'obéit plus !

Février 2017


  • Le trouble de conversion se traduit par la perte soudaine d'une fonction de motricité, de sensibilité voire de conscience : paralysie, cécité, perte de connaissance...
  • Il est ainsi appelé car la tradition psychanalytique, étudiant les névroses et hystéries, voyait dans ces manifestations la traduction (conversion) d'un conflit inconscient.

Symptômes

  • Ils peuvent concerner la motricité : déficits moteurs, paralysie d'un membre, d'une partie du corps ou du corps entier, impossibilité de parler (aphonie), troubles de la coordination et de l'équilibre.
  • Les déficits sensoriels les plus fréquents sont la perte du toucher ou la douleur tactile, la surdité (partielle ou totale), la cécité (idem), la diplopie (vision double).
  • Dans les cas extrêmes, le trouble de conversion produit des hallucinations, des effondrements et des pertes de connaissance.

Caractéristiques

  • Le trouble de conversion est plus fréquent dans les classes socio-économiques défavorisées, les régions rurales, les milieux peu alphabétisés et peu développés.
  • Il peut être associé à des cultures prémodernes où il manifeste la brutale extériorisation d'une souffrance longtemps niée.
  • Le trouble peut apparaître chez l'enfant de moins de 10 ans. Il prend alors souvent la forme d'une crise convulsive.
  • Les symptômes sont plus souvent ressentis dans la partie gauche du corps, cette dissymétrie étant plus marquées chez la femme que chez l'homme.

Prévalence, évolution

  • Le trouble de conversion est rare : entre 0,3 et 1 cas sur 10000.
  • Il affecte les femmes plus souvent que les hommes (2 à 10 fois plus fréquents selon les populations étudiées).
  • La première crise survient généralement chez l'adolescent ou le jeune adulte. Il arrive cependant que des personnes âgées soient atteintes pour la première fois.
  • Après la cinquantaine, le trouble de conversion peut être la manifestation précoce d'une affection neurologique (Alzheimer, Parkinson, démence sénile...).
  • Le début du trouble est généralement une crise aiguë. Par la suite, il peut y avoir des rémissions définitives, des crises avec symptômes moins marqués ou équivalents. Il est rare que les symptômes gagnent en intensité.
  • Paralysie, aphonie et cécité indiquent un bon pronostic pour l'évolution, alors que tremblement et convulsions sont plus fréquents dans les troubles durables.
  • La présence d'un facteur de stress identifié est la première cible du traitement.

Pour aller plus loin


Introduction : Quand l'esprit dialogue avec le corps
Les maladies psychosomatiques
Quand le stress rend malade
Troubles somatoformes : des souffrances sans explication
Trouble de conversion : le corps n'obéit plus !
Hypocondriaques : les malades imaginaires
Les étranges membres fantômes
Effet placebo : guéris par la seule conviction !
Hypnose : le grand retour

A voir également


Publi-information

Processing of Personal Data - CCM
Processing of Personal Data - CCM
Ce document intitulé « Trouble de conversion : le corps n'obéit plus ! » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.