Bon usage des médicaments antivitamine K (Afssaps)

Avril 2017

En avril 2009, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a publié un rapport concernant l’antivitamine K, qui concerne plus de 1% de la population française. Ce rapport rappelle les spécificités du traitement et donne des pistes pour l’éducation du patient.


Prescription des AVK (antivitamine K)

  • Prévention :
    • de la formation ou de l’extension
      • d’une thrombose,
      • ou d’une embolie,
    • des complications des
      • fibrillations auriculaires,
      • valvulopathies,
      • prothèses valvulaires,
      • thromboemboliques veineuses ou artérielles,
    • des récidives en cas d’intolérance à l’aspirine ;
    • de thromboses sur cathéter.
  • Maladies thromboemboliques veineuses.

Le traitement

  • La mise en place et le suivi du traitement par AVK reposent sur l’INR (International Normalized Ratio).
  • « En dehors de tout traitement par AVK, l’INR d’un sujet normal est inférieur ou égal à 1, 2 ».

Mise en place

  • La dose initiale :
    • doit être aussi proche que possible de la dose d’équilibre ;
    • dépend de la spécialité AVK utilisée ;
    • doit être adaptée en fonction des résultats biologiques ;
    • réduite de moitié chez le sujet âgé afin d’éviter le risque de surdosage.
  • Le premier contrôle :
    • doit s’effectuer dans les 48h
      • après la première prise,
      • pour dépister une hypersensibilité individuelle.

Adapter le traitement

  • Si l’INR cible n’est pas atteint :
    • la posologie d’AVK doit être ajustée ;
    • contrôle de l’INR à nouveau réalisé
      • tous les 2 à 4 jours,
      • jusqu’à obtention de l’INR cible.
  • Quand l’INR cible est atteint :
    • la posologie est maintenue ;
    • contrôles de l’INR espacés en quelques semaines.

Surveiller le traitement

  • Surveiller :
    • modification de la posologie ;
    • survenue d’une maladie intercurrente ;
    • introduction ou retrait d’un autre médicament.
  • La posologie devra être réajustée jusqu’à obtention de l’INR cible.

Durée du traitement

  • A vie :
    • prévention des complications thromboemboliques artérielles et veineuses des cardiopathies emboligènes ;
    • valvulopathies mitrales ;
    • prothèses valvulaires ;
    • prothèses mécaniques en position tricuspide ;
    • prévention de la récidive d’infarctus du myocarde en cas d’intolérance à l’aspirine.
  • 3 à 6 mois :
    • traitement des thromboses veineuses profondes et de l’embolie pulmonaire ;
    • prévention de leurs récidives.
  • 3 mois :
    • prothèses biologiques.
  • 1 à 3 mois :
    • prévention des complications thromboemboliques des infarctus du myocarde compliqués
      • thrombus mural,
      • dysfonction ventriculaire gauche sévère,
      • dyskinésie.

Risques du traitement

Education du patient

Principes de l’éducation

  • Expliquer :
    • le but du traitement ;
    • ses risques ;
    • les principes
      • de l’INR,
      • de l’adaptation de posologie,
    • les adaptations éventuelles
      • de son mode de vie,
      • de son alimentation,
    • les principales interactions avec les médicaments ;
    • conduite à tenir
      • en urgence,
      • en cas d’accident.
  • Cette éducation est faite par le professionnel de santé.

Auto-surveillance

  • Connaissances du patient :
    • indication pour laquelle ce traitement lui a été prescrit ;
    • INR cible ;
    • utilisation et mise à jour de son carnet de surveillance du traitement par AVK ;
    • nécessité de signaler à tout professionnel de santé son traitement par AVK ;
    • risque lié à l’automédication ;
    • signes annonciateurs d’un surdosage.

Sources

Mise au point sur le bon usage des médicaments antivitamine K, Afssaps, avril 2009.
Crédit photo : Convit | Dreamstime.com

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Bon usage des médicaments antivitamine K (Afssaps) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.