La mortalité maternelle ( InVS)

Août 2017
En juin 2006, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) a publié un rapport du Comité National d’experts sur la mortalité maternelle. En Europe, la France est le pays le plus touché malgré la création en 1995 d’un Comité national d’experts sur la mortalité maternelle (CNEMM) qui étudie le taux de la mortalité maternelle, ses facteurs de risques et d’évitabilité.

Généralités

Définition

  • Ce rapport de l’InVS définit la mort maternelle par :
    • « le décès d’une femme survenu au cours de la grossesse ou dans un délai de 42 jours après sa terminaison […] pour une cause quelconque déterminée ou aggravée par la grossesse ou les soins qu’elle a motivés, mais ni accidentelle, ni fortuite ».
  • Elle se répartit en 2 groupes :
    • décès par cause obstétricale directe
      • « résultent de complications obstétricales d’interventions, d’omissions, d’un traitement incorrect » ;
    • par cause obstétricale indirecte
      • « résultent d’une maladie préexistante ou d’une affection apparue au cours de la grossesse sans qu’elle soit due à des causes obstétricales directes ».

Les causes de la mortalité maternelle

  • La majorité des décès maternels est due à des causes obstétricales directes :
    • hémorragies
      • première cause de mort maternelle en France (21%),
      • hémorragie :
        • non précisée précédant l’accouchement,
        • pendant l’accouchement,
        • de la délivrance,
        • du post-partum immédiat,
      • hématome rétro-placentaire,
      • rupture utérine,
      • anomalies de la coagulation en post-partum.
    • hypertension artérielle :
      • deuxième cause des décès maternels (16,3%),
      • hypertension artérielle
        • préexistante,
        • gravidique,
      • éclampsie :
        • pendant la grossesse,
        • pendant le travail,
        • puerpérale,
      • facteurs de risques :
        • génétiques,
        • physiologiques,
        • environnementaux,
        • pathologies maternelles,
        • liées à la grossesse,
    • embolies amniotiques et pulmonaires,
    • thrombo-embolies,
    • infections de l’appareil génito-urinaire,
    • chorio-amniotite,
    • septicémie au cours du travail,
    • complications,
    • effet adverse d’un traitement médicamenteux,
    • troubles mentaux,
    • myocardiopathie au cours de la puerpéralité,
    • maladies cardio-vasculaires,
    • maladies infectieuses et parasitaires.
  • La majorité des décès maternels a lieu :
    • dans un établissement hospitalier public (84%),
    • dans une clinique privée (10%),
    • à domicile (6%).
  • Autres causes :
    • traitement inadéquat,
    • erreur thérapeutique,
    • diagnostic non fait,
    • retard au diagnostic ou au traitement.

Recommandations de l’InVS

  • Les professionnels de la naissance doivent prendre connaissance des recommandations de bonnes pratiques cliniques qui ont été élaborées par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français.
  • Tout symptôme anormal doit être pris en considération immédiatement.
  • Respecter les protocoles de soins.
  • Eviter les gestes inutiles.
  • Toute maternité doit faire face aux délais d’acheminement des produits sanguins.
  • Exercices d’entraînement réguliers afin d’assurer tous les risques éventuels.
  • L’hémorragie étant la première cause de décès, il faut :
    • reconnaître rapidement sa gravité et déceler les anomalies sanguines,
    • s’assurer de l’accessibilité aux voies veineuses.
  • S’assurer que l’équipe médicale est au complet :
    • gynécologues-obstétriciens,
    • anesthésistes-réanimateurs,
    • sages-femmes,
    • biologistes du laboratoire d'hématologie.

Sources

Rapport du Comité National d’Experts sur la mortalité maternelle, InVS, décembre 2006.
Crédit photo : Allenfive5 Dreamstime.com

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « La mortalité maternelle ( InVS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.