Méningites bactériennes aiguës communautaire - Prise en charge

Mars 2017
En novembre 2008, la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) a publié un document sur la prise en charge des méningites bactériennes aiguës communautaires. Il fait suite à la 17e conférence de consensus en thérapeutique infectieuse. Ce rapport a notamment pour but d'actualiser les données sur la prise de cette pathologie. En 2006, le nombre de méningites bactériennes aiguës communautaires a été estimé à 1 375.


Diagnostic clinique


Le SPILF rappelle qu'il est important de reconnaître au plus vite les signes d'une méningite bactérienne.

Chez l'adulte et l'enfant âgé de plus de 2 ans

  • Les trois signes classiques :
    • raideur de la nuque,
    • fièvre,
    • conscience altérée ou maux de tête.
  • Des études ont prouvé que :
    • 46% des patients atteints avaient ces trois signes,
    • 95% avaient deux signes,
    • 100% au moins un signe.

Chez l'enfant


Les signes sont d'autant plus difficiles à détecter et interpréter que l'enfant est jeune.
  • Signes précoces :
    • signes digestifs,
    • troubles du comportement :
      • changement de comportement,
      • enfant craintif ou inconsolable,
      • difficulté à la prise du biberon,
    • fièvre (> 39,5°C),
    • signes de sepsis :
      • extrémités froides,
      • coloration anormale du teint,
      • douleurs aux muscles des jambes,
      • perte du sourire et de la réactivité.
  • Signes cliniques évocateurs d'infection à méningocoque vers la 12e heure d'évolution :
    • rash cutané aspétique (éruption cutanée),
    • puis large rash hémorragique extensif.
  • Ensuite, signes classiques, au temps médian :
  • Signes tardifs :
  • En conclusion, le SPILF recommande que :
  • le diagnostic soit fait en recherchant les signes de sepsis chez le nourrisson de moins de 3 mois,
  • une ponction lombaire (PL) soit faite en présence de signes classiques chez l'enfant de 3 mois à 2 ans.

Examens complémentaires au diagnostic

  • Examens microbiologiques :
  • Examens biochimiques :
    • dans LCR : glycorachie, protéinorachie, dosage du lactate ;
    • dans le sang : procalcitonine.

Traitement

Antibiothérapie


Une antibiothérapie est indiquée en urgence, au plus tard dans les 3 heures après admission à l'hôpital, idéalement dans la première heure.
  • Les souches de méningites de S. pneumoniae, N. meningitidis, et H. influenzae sont moins sensibles aux antiobiotiques bêta-lactamines :
    • pour diminuer la mortalité, la SPILF préconise une adaptation du traitement à la sensibilité in vitro.
  • Les molécules utilisées :
    • dans la majorité des cas : céfotaxime ou ceftriaxone, avec des doses variant en fonction des souches en présence ;
    • en association : vancomycine en perfusion.
  • Les modalités d'administration :
    • la SPILF précise que « la pénétration des antiobiotiques dans l'espace sous-arachnoïdien est la condition nécessaire pour éradiquer les bactéries du liquide céphalorachidien,
    • et préconise donc une administration par perfusion de certaines molécules antibiotiques (bêta-lactamines et glycopeptides).

Autres traitements


Notre vidéo


Les précisions du docteur Pierrick Hordé


Sources


Prise en charge des méningites bactériennes aiguës communautaires, SPILF, novembre 2008.

Crédit photo : Alexstar | Dreamstime.com

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Méningites bactériennes aiguës communautaire - Prise en charge » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.