Santé mentale et travail (INVS)

Août 2017
En mars 2009, l’INVS a publié un rapport concernant la santé mentale au travail. Ce rapport a pour objectif de faire l’état des lieux des problèmes de santé mentale liés à l’activité professionnelle.

Constat des problèmes psychiques


Ce document de l’INVS dresse la liste des différents problèmes de santé mentale liés au travail :
  • Notion de « mal être »
    • 24% des hommes ;
    • 37% des femmes ;
    • employés et professions intermédiaires sont les plus touchés dans les secteurs des activités financières, administration publique, production et distribution d’électricité gaz et d’eau ;
    • problèmes d’alcool essentiellement masculins (10,4% d’hommes et 2,3% des femmes).
  • Notion de « souffrance psychique »
    • deuxième pathologie parmi les maladies à caractère professionnel ;
    • 2,3% des femmes ;
    • 1,1% des hommes ;
    • secteurs les plus concernés : finance, administration et construction pour les femmes essentiellement parmi les cadres ;
    • les ouvriers apparaissent comme moins affectés.
  • Notion de « job strain »
    • se caractérise par un manque de soutien et des marges de manœuvre limitées, ainsi que des objectifs quantitatifs difficilement atteignables ;
    • 19,6% des hommes ;
    • 28,2% des femmes ;
    • peut provoquer des problèmes de santé mentale (dépression, anxiété), maladies cardio-vasculaires et troubles musculo-squelettiques.
  • Tentative de suicide
    • décrite selon :
      • la catégorie socioprofessionnelle,
      • le statut d’emploi
      • le temps de travail.
    • plus élevée chez les femmes (6,9% de femmes et 3,1% d’hommes),
    • surmortalité dans les secteurs de l’agriculture, des industries agroalimentaires, de biens intermédiaires et de biens d’équipement.

Dépistage des risques psychosociaux

Questionnaire de Karasek

  • 2 critères :
    • demande psychologique,
    • latitude décisionnelle.
  • Il décrit :
    • les caractéristiques des salariés,
    • leur environnement de travail,
    • le soutien social dont il bénéficie dans le cadre du travail.
  • Résultats :
    • 23% des salariés font face à une forte demande psychologique mais bénéficient d’une faible latitude décisionnelle,
    • Les femmes (28%) sont davantage concernées que les hommes (20%),
    • employés de commerce et de service particulièrement touchés (29%), tout comme les ouvriers non qualifiés (27%),
    • job strain renforcé par certaines contraintes physiques, contraintes de rythme et tensions avec le public,
    • 22% des salariés tendus se déclarent en mauvaise santé, sentiment renforcé par un faible soutien social.

Le programme Samotrace

  • Le programme Santé mentale observatoire travail Rhône-Alpes Centre développé par le Département santé travail de l’INVS :
    • décrit l’environnement psychosocial au travail en utilisant :
      • le déséquilibre effort/récompense et le surinvestissement au travail,
      • l’obligation de travailler d’une manière qui heurte la conscience professionnelle,
      • l’exposition à des menaces et humiliations.
  • Résultats :
    • pas de différence significative d’exposition au déséquilibre global effort/récompense selon le sexe,
    • chez les hommes, la catégorie des professions intermédiaires est la plus exposée à cette contrainte ; puis viennent les ouvriers,
    • secteurs d’activité les plus concernés : santé, action sociale et distribution d’électricité de gaz et d’eau.

Sources

Santé mentale et travail, INVS, mars 2009.

Crédit photo : Diego cervo - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Santé mentale et travail (INVS) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.