Fausse couche - Quelles causes ? Que faire ?

Septembre 2016
Une fausse couche se définit par l'interruption spontanée de la grossesse. 10 à 15% des femmes présentent une fausse couche au cours de leur grossesse. Une grossesse diagnostiquée sur 10 se termine par une fausse couche lors du premier trimestre.


Définition

Le terme fausse couche (ou avortement spontané) désigne une anomalie survenant fréquemment au début de la grossesse. Il s'agit d'une épreuve généralement très traumatisante pour la mère mais aussi pour le père. Il est à noter que l'apparition d'une fausse couche ne compromet pas la réussite d'une grossesse ultérieure.

Fausse couche spontanée

Également appelée avortement spontané, la fausse couche spontanée désigne une interruption de grossesse survenue naturellement avant 22 semaines d'aménorrhée ou lorsque le fœtus pesait moins de 500 grammes. Dans le cas où l'interruption de grossesse se produit au-delà de ce terme, il s'agit d'un accouchement prématuré. Selon les estimations, environ 12 à 15% des grossesses s'achèvent prématurément par une fausse couche spontanée. Celle-ci se manifeste généralement par des pertes vaginales rougeâtres qui s'accompagnent de contractions utérines.

Fausse couche précoce

La fausse couche précoce survient au cours des 12 premières semaines (premier trimestre), La fausse couche précoce est souvent causée par une anomalie chromosomique de l'embryon. Elle se manifeste par des douleurs abdominales, des saignements, une diminution des nausées et du volume des seins. Il s'agit d'une grossesse naturelle de mauvaise qualité n'ayant pas réussi à terminer son évolution. La fausse couche est un processus naturel permettant d'éliminer un embryon non viable. Il n'existe aucun moyen de la prévenir.

Fausse couche tardive

La fausse couche tardive est une fausse couche qui survient après le premier trimestre.

Statistiques

La moitié des oeufs fécondés terminent leur développement avant l'installation du retard de règles. La majorité des fausses couches interviennent au commencement de la grossesse, avant deux mois et demi de grossesse La fréquence des fausses couches est deux fois plus élevée à 40 ans qu'à 20 ans.

Causes

Une fausse couche peut survenir de façon isolée, ce qui est très fréquent puisque concernant presque une grossesse sur quatre, ou peut être amenée à se répéter ; on parle alors dans ce cas de maladie abortive et une cause doit en être recherchée. Les causes des fausses-couches peuvent être d'origine :

Les causes sont très nombreuses. Plus de 8 fausses couches sur 10 sont causées par une anomalie chromosomique. Les fausses couches tardives qui surviennent après deux mois et demi de grossesse sont souvent liées à une malformation utérine.

Des infections, telles que la toxoplasmose ou la listériose peuvent être à l'origine d'une fausse couche.

Une hypothyroïdie, un diabète gestationnel, le tabac, l'alcool et le café peuvent être à l'origine d'une fausse couche. La consommation journalière de 2 tasses de café pendant la grossesse aurait comme effet d'augmenter le risque de fausse couche, d'après une étude américaine publiée en Janvier 2008, dans la revue American Journal of Obstetrics and Gynecology. L'amniocentèse augmente le risque de fausse couche d'environ 0,5 à 1%. Une pratique sportive intensive en début de grossesse (plus de 7 heures de sport par semaine) augmente de 3,5% le risque de faire une fausse couche.

Symptômes

Les symptômes d'une fausse couche dépendent de l'avancée de la grossesse. En cas de fausse-couche précoce, la femme enceinte peut constater dès les premières semaines de gestation des pertes de sang (métrorragies) plus ou moins importantes. Parfois, l'œuf peut être spontanément expulsé.

Elle est caractérisée par des douleurs ressemblant à celles survenant lors de règles, accompagnées de saignements plus ou moins abondants. La fausse couche est un avortement spontané de l'embryon ou du foetus survenu avant la fin du 6ème mois de grossesse.

Coliques et crampes abdominales ne sont pas systématiques. A un stade plus avancé de la grossesse, la femme peut souffrir de contractions régulières, de saignements plus importants, et parfois de perte de liquide amniotique.

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé.


Diagnostic

Un examen clinique permet de vérifier l'entrouverture de l'orifice externe du col utérin qui apparait ouvert. Des examens complémentaires aident à confirmer l'avortement spontané. Il s'agit :
Plusieurs dosages plasmatiques peuvent être prescrits à quelques jours d'intervalle.

Traitement

Lorsque la fausse couche est avérée et que le fœtus est non spontanément expulsé, plusieurs alternatives thérapeutiques sont discutées:
  • en cas de grossesse de moins de 8 semaines d'aménorrhée, l'expulsion spontanée et complète de l'œuf est fréquente, d'où l'attente de ce phénomène naturel ;
  • des médicaments à base d'hormones, des prostaglandines peuvent être utilisées pour favoriser l'expulsion de l'œuf (technique controversée) ;
  • une aspiration de l'œuf est préférée en cas de fausse-couche à un stade ultérieur à 8 semaines d'aménorrhée.

Prévention

Pour avoir toutes les chances de mener à terme une grossesse, la prévention joue un rôle important. Il convient :

Retomber enceinte

Il est généralement conseillé d'attendre 2 à 3 cycles avant de penser à concevoir un autre enfant. Toutefois certaines femmes tombent plus rapidement enceinte après leur fausse couche. Une étude publiée en 2010 montre que les grossesses intervenant moins de six mois après une fausse couche entraînent moins fréquemment une autre fausse couche moins que celles débutant plus tard. Les spécialistes s'accordent sur la nécessité de réussir à faire "le deuil" de l'enfant disparu avant d'envisager à nouveau un bébé.

Suites d'une fausse couche

L'expulsion du foetus est spontanée et complète, expulsion confirmée lors d'une échographie. Dans ce cas, aucune intervention médicale n'est effectuée. Une expulsion du foetus incomplète : des hormones provoquant des contractions, permettront l'évacuation des résidus. Peuvent être pratiqués une aspiration ou un curetage, effectué sous anesthésie générale. Lors d'une fausse couche tardive, une hospitalisation est nécessaire en raison des risques hémorragiques. Des douleurs et des saignements persistent fréquemment après une fausse couche.

Il est conseillé d'attendre plusieurs cycles avant d'envisager une autre grossesse. Se baigner, dans la mer ou dans une piscine, ou prendre un bain ou une douche vaginale, doivent être évités pendant 4 jours.

Bilan d'une fausse couche

Il est rarement nécessaire d'effectuer un bilan après une première fausse couche. Un bilan (échographie, bilan sanguin, hystérographie... ) est proposé si une ou deux autres fausses couches surviennent ensuite. Il est en général effectué après la troisième fausse couche.

Si la femme est âgée de plus de 38 ans et si les fausses couches surviennent tardivement au cours de la grossesse, le bilan sera alors effectué plus précocement au bout de 2 fausses couches.

L'origine des fausses couches à répétition n'est pas toujours retrouvée.

Répercussions psychologiques

Une fausse couche demeure un épisode traumatisant et particulièrement douloureux pour les femmes qui en sont victimes. Cette épreuve, représentant également un moment difficile pour les pères, peut bouleverser la relation du couple.

Retrouver confiance en soi demeure indispensable pour pouvoir envisager une autre grossesse. En parler, évacuer ses angoisses, libérer sa parole et ne pas refouler cet épisode sont des attitudes primordiales qu'il faut rapidement adopter.

Des angoisses non exprimées ou un stress trop intense peuvent empêcher la venue d'un autre bébé.

Cet épisode risque de resurgir des années après, parfois jusqu'à 10 ans après la survenue de la fausse couche. Il peut empêcher le déroulement harmonieux d'une autre grossesse et empêcher l'arrivée d'un autre bébé.

Nier cet épisode peut perturber le développement psychologique du prochain bébé. Avoir des répercussions chez l'enfant ou les enfants présents (sommeil difficile, agitation, tristesse...) : il est indispensable de réussir à évoquer avec eux l'épisode car les enfants ressentent le traumatisme vécu par leur maman et peuvent en souffrir s'il n'est pas exprimé.

Que faire?

Relativiser cette épreuve qui se produit chez de nombreuses femmes. Apprendre et accepter de reconnaître l'existence du bébé perdu, éviter de nier cet enfant et réussir à faire le deuil.

Reconnaître la disparition du bébé perdu et réussir à en faire le deuil sont d'après de nombreux spécialistes, des étapes fondamentales pour réussir à accepter la venue d'un autre enfant : certains psychologues et psychiatres recommandent de faire inscrire à l'état civil ou sur le livret de famille le nom de l'enfant disparu si l'événement s'est produit tardivement.

Repenser rapidement à concevoir un autre bébé. La nécessite de parler, d'échanger avec d'autres mamans, de prendre l'avis d'un psychologue ou d'un psychiatre aidera à passer ces moments difficiles. La présence du futur papa au cours de cette épreuve est capitale.

Les femmes enceintes qui ont déjà fait une fausse couche sont terrorisées au début de leur grossesse suivante et craignent la fameuse date à laquelle la fausse couche a eut lieu.


En savoir plus


A voir également :

Publi-information
Publi-information

Miscarriages
Miscarriages
El aborto espontáneo
El aborto espontáneo
Fehlgeburt
Fehlgeburt
Ce document intitulé « Fausse couche - Quelles causes ? Que faire ? » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.