Varicelle chez l'adulte et l'enfant - Symptômes et traitement

Août 2016
Chaque année, la varicelle touche 600.000 à 700.000 personne en France. Des enfants dans leur grande majorité (90% des cas surviennent chez des enfants de moins de 10 ans). Mais les adultes ne sont pas épargnés pour autant. Environ 5% des cas surviennent après l'âge de 20 ans, cette proportion ayant tendance à augmenter ces dernières années. Le point sur cette infection très contagieuse.


Définition

La varicelle est une pathologie virale très contagieuse provoquée par le virus varicelle-zona. Elle apparaît de manière spontanée chez environ 90% des enfants âgés entre 1 et 15 ans. Son incidence est maximale au printemps et en hiver, lorsque les températures sont peu élevées.

Contagion

La varicelle se transmet par contact direct, notamment par les voies repiratoires. La période contagieuse commence de 24 à 48 heures avant l'apparition des rougeurs et dure environ une semaine. L'enfant doit éviter d'être en collectivité pendant au cours de la période pendant laquelle il est contagieux. Etant donné que la transmission du virus commence avant l'apparition des premiers symptômes, cela rend la maladie particulièrement contagieuse.

Symptômes

Chez un enfant ayant été en contact avec le virus, les symptômes apparaissent généralement dans les 14 à 16 jours suivant la contamination. L'éruption déclenchée par le virus se caractérise par l'apparition de petites vésicules qui apparaissent progressivement sur tout le corps. Ces vésicules se transforment, sèchent et forment une croûte. Elles ne sont plus contagieuses quand elles deviennent des croûtes. Les lésions peuvent notamment s'observer dans la bouche, sur le cuir chevelu...

Temps d'incubation

L'incubation se prolonge 14 jours environ : l'enfant reste contagieux jusqu'à ce que l'éruption se transforme en croûte. La varicelle entraîne de nombreuses démangeaisons. Durant une période de cinq ou six jours au plus, une légère fièvre et des éruptions cutanées se manifestent; les cloques peuvent couvrir tout le corps, même les muqueuses; elles sont rondes, rouges, et se transforment rapidement en petites vésicules remplies de liquide. La personne n'est contagieuse qu'à partir des 24 dernières heures de l'incubation et jusqu'à l'assèchement des croûtes dues à l'éruption cutanée. Celle-ci, très prurigineuse, s'accompagne d'une fièvre intense.

Grossesse

La varicelle représente véritablement un danger chez une femme enceinte non immunisée ainsi que chez les adultes et bébés. immunodéprimés.


Une varicelle qui survient chez une femme enceinte peut avoir des répercussions pour la future maman et pour le fœtus. Mais dans 95% des cas, cette grossesse ne provoquera pas de problème pour la mère et le bébé. Les risques dépendent de la date de survenue de l’infection au cours de la grossesse, que ce soit au début ou dans les jours précédant l’accouchement mais également de la protection de la future maman vis-à-vis du virus.

Les femmes enceintes qui ont déjà eu la varicelle avant la grossesse ou qui ont été vaccinées, sont immunisées car elles présentent des anticorps spécifiques contre le virus qui sont ont transféré au bébé les Anticorps protecteurs contre le virus par le placenta durant la grossesse. Il n’existe dans ce cas aucun risque pour la future maman et le bébé.

Lorsqu’une femme enceinte est exposée à la varicelle et qu’elle ignore si elle est protégée, une sérologie de la varicelle doit être effectuée en pratiquant une prise de sang.
Si le résultat montre qu’elle n’a pas d’anticorps contre le virus, cela signifie qu’elle n’est pas protégée et qu’il faut administrer de l’immunoglobuline varicelle-zona. De la même manière, si les résultats ne peuvent être obtenus dans les 4 jours suivant l’exposition, cette injection doit être pratiquée.

Les recommandations officielles précisent que toutes les femmes doivent être interrogées sur la varicelle, que la maladie ait été déclarée dans l'enfance ou que la future maman ait subie une vaccination. Si la femme enceinte ne connaît pas son statut vis-à-vis de la varicelle, une recherche d’anticorps est alors envisagée.

Les femmes enceintes non protégées contre le virus qui contractent la varicelle au cours de leur grossesse, surtout pendant le troisième trimestre, présentent un risque de développer une pneumonie varicelleuse, complication pneumologique sévère de la varicelle.

Varicelle survenant en début de grossesse

Si la varicelle survient au cours du premier trimestre de grossesse, entre les 8ème à 12ème notamment, survient alors comporte un risque de 2,2% de voir apparaitre un syndrome de varicelle congénitale dont la manifestation la plus fréquente est la présence de cicatrices importantes au niveau de la peau. Le développement du fœtus peut être impacté avec l’apparition d’un retard de croissance, de lésions cutanées et de troubles neurologiques sévères comme par exemple une microcéphalie ou une hydrocéphalie. Une varicelle néo natale peut s’observer chez le nourrisson entrainant une diminution d'anomalies du volume crânien, des anomalies oculaires, un faible poids à la naissance et des difficultés ultérieures d'apprentissage.

Varicelle survenant en fin de grossesse

Lorsqu’une femme enceinte présente une primo-infection à la varicelle dans les 5 jours précédant l'accouchement et dans les 2 jours suivant l'accouchement, son nouveau-né présente alors un risque de développer une varicelle disséminée, complication rare mais sévère provoquant une éruption cutanée, une atteinte viscérale et des lésions ulcéro- hémorragique, car le virus l’aura infecté avant le transfert des anticorps maternels protecteurs. Cette situation représente un risque mortel provoquant la mort du nourrisson dans près 25% des cas.

Traitement

Consulter le médecin afin de s'assurer du diagnostic de varicelle, de vérifier l'absence de complications et d'obtenir une ordonnance. Désinfecter les lésions vésiculaires avec une solution antiseptique. Utiliser un traitement antihistaminique prescrit par le médecin qui diminuera les démangeaisons du bébé afin d'éviter qu'il se gratte, situation susceptible de provoquer une surinfection des lésions et de laisser des cicatrices. Faire baisser la température à l'aide de paracétamol prescrit par le médecin. Le maintien d'une température basse aux alentours de 20°C permet de limiter les sensations de démangeaison. Les enfants affectés par la varicelle doivent éviter de se gratter afin d'éviter les surinfection et les cicatrices cutanées définitives. Il convient donc de couper leurs ongles le plus court possible (à ras) ou d'utiliser des moufles chez les bébés pour éviter tout grattage intempestif.

Femme enceinte

Les femmes enceintes qui présentent une infection à la varicelle doivent être traitées avec le médicament antiviral acyclovir par voie orale. Les femmes enceintes présentant une complication à type de pneumonie varicelleuse doivent être hospitalisées et être traitées avec avec de l’acyclovir par voie intraveineuse.

Nourrissons

En raison du risque de développer une varicelle néonatale avec des complications neurologiques et/ou pulmonaires, avec une éruption importante accompagnée d’un tableau infectieux sévère, les nourrissons de moins de un an dont la mère a développé la varicelle entre 5 jours avant l'accouchement et 2 jours suivant l'accouchement seront traités après l’accouchement par une perfusion d'acyclovir et rester en milieu hospitalier pendant le traitement. Des Immunoglobulines varicelle-zona devraient également être administrées aux nouveau-nés lorsque la maladie apparaît chez la mère entre 5 jours avant l’accouchement et 2 jours par la suite

Bébé

Consulter le médecin afin de vous assurer du diagnostic de varicelle, de vérifier l'absence de complications et d'obtenir une ordonnance. Désinfecter les lésions vésiculaires avec une solution antiseptique. Lui mettre des manches longues afin d'éviter qu'il se gratte et bien penser à lui couper les ongles. Prendre une douche à l'eau tiède pendant quelques instants afin de calmer les démangeaisons.

Ne pas mettre de talc ni crème (risque de macération) : utiliser un antiseptique, comme la chlorhexidine ; L'éosine ne semble pas avoir démontré son efficacité. Utiliser un traitement antihistaminique prescrit par le médecin qui empêchera le bébé de se gratter, situation pouvant déclencher une surinfection des lésions et laisser des cicatrices.

Faire baisser la température à l'aide de paracétamol prescrit par le médecin. Ne pas prendre d'ibuprofène : le seul médicament conseillé est le paracétamol. Reconnaître les signes de gravité d'une varicelle : température élevée, douleurs abdominales, vomissements, surinfections des lésions.

Complications

Chez l'enfant, la varicelle peut se surinfecter, les boutons étant le siège d'une infection bactérienne : des antibiotiques traiteront cette surinfection. Lorsqu'elle touche les adultes, la varicelle peut être responsable d'une pneumopathie grave dite varicelleuse avec toux, fièvre et difficultés respiratoires. Chez les adultes immunodéprimés, des encéphalites peuvent survenir et laisser des séquelles neurologiques. La varicelle est également préoccupante lorsqu'elle touche la femme en début de grossesse ou juste avant l'accouchement.

Cicatrices

Les sujets qui ont contracté la varicelle présentent des cicatrices sur différentes parties du corps, souvent accompagnées de démangeaisons. Elles sont en général de forme circulaire et assez profondes. Tout d'abord, il faut éviter de gratter les lésions. Les antihistaminiques et les bains bicarbonatés permettent de lutter contre les démangeaisons. En raison de leur profondeur, les cicatrices sont souvent permanentes. Certains dermatologues ont recours au relèvement et/ou à la dermabrasion pour les atténuer.

Signes de gravité

Une température élevée, des douleurs abdominales, des vomissements, et une surinfection des lésions peuvent compliquer une varicelle. Une pneumonie, une encéphalite peuvent apparaître dans de rares cas. Les risques sont plus importants pour un nouveau-né, une femme enceinte ou une personne immunodéprimée.

Vaccin

Le vaccin contre la varicelle constitue une étape majeure en virologie puisqu'il s'agit du premier vaccin pratiqué sur un patient immunodéprimé. D'autre part, le vaccin contre la varicelle représente le meilleur rempart contre la varicelle. Cette maladie extrêmement contagieuse est causée par le virus varicelle-zona, un virus à ADN appartenant à la famille des herpèsviridae. La varicelle touche majoritairement les enfants mais le virus peut se réactiver plusieurs années plus tard sous la forme d'un zona. Le vaccin à virus atténué contre la varicelle immunise un enfant pendant environ sept ans.

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé.


A voir également :

Publi-information
Publi-information

Chicken pox
Chicken pox
Varicela
Varicela
Windpocken
Windpocken
Ce document intitulé « Varicelle chez l'adulte et l'enfant - Symptômes et traitement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.