L'obligation d'information du médecin sur les risques

Août 2015
Le Centre de Documentation Multimédia en Droit Médical publie sur son site une étude concernant l'obligation d'information du médecin sur les risques thérapeutiques. Cette étude a été réalisée par Mireille BACACHE-GIBEILI, professeur à la faculté de droit de l'Université René Descartes en janvier 2004.

Sources de l'obligation d'information



L'étude publiée sur le site du Centre de Documentation Multimédia en Droit Médical précise que « la jurisprudence [fondée sur l'article 1135 du Code civil] a contribué à préciser le contenu et l'étendue de l'obligation d'information en matière médicale ». L'étude prend pour exemple l'obligation de sécurité, de mise en garde et de conseil.

Contenu de l'obligation d'information


Selon l'étude, l'information donnée par le médecin doit :
  • porter tant sur le diagnostic, les traitements et soins envisagés que sur leurs risques ;
  • porter sur tous nouveaux risques identifiés ;
  • être « simple, intelligible et loyale » pour permettre au patient d'émettre un consentement éclairé ;
  • être adaptée à la personnalité et la psychologie du patient.

L'obligation d'information se rapproche de l'obligation de conseil. Un médecin se doit par exemple de déconseiller une opération qui expose le patient sans justification thérapeutique à un danger. Néanmoins, un médecin n'est pas tenu de convaincre son patient du danger de l'acte médical qu'il demande.
Concernant l'information portant sur les risques des investigations ou soins proposés, voici ce que l'étude recommande :
  • le médecin n'est pas tenu d'informer de tous les risques liés aux soins ou à l'opération ;
  • l'information porte uniquement sur les risques graves connus, les risques graves normalement prévisibles, risques sérieux et habituels et non sur ceux qui ne se réalisent qu'exceptionnellement ;
  • l'obligation d'information qui incombe au médecin ne concerne que les risques liés à l'intervention, opération ou traitement qu'il préconise.

Limites à l'obligation d'information


L'étude précise les limites de l'information au patient :
  • en cas d'urgence ou d'impossibilité,
  • en cas de refus du patient d'être informé,
  • s'il n'est pas en mesure de supporter l'information donnée et si celle-ci peut avoir des conséquences négatives sur la réussite des soins. Cette disposition ne s'applique pas si le patient expose des tiers à un risque de contamination.

Pour en savoir plus


L'étude développe, dans les paragraphes 4 à 6, ces informations complémentaires :
  • charge de la preuve du défaut d'information,
  • préjudice résultant du défaut d'information et le lien de causalité entre la faute et le préjudice,
  • débiteurs et destinataires de l'obligation d'information.

Sources


Obligation d'information du médecin sur les risques thérapeutiques, Centre de Documentation Multimédia en Droit Médical
article 35, Code de la Santé Publique

Crédit photo : Kk5hy - Dreamstime.com
Pour une lecture illimitée hors ligne, vous avez la possibilité de télécharger gratuitement cet article au format PDF :
L-obligation-d-information-du-medecin-sur-les-risques .pdf

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du


Publi-information
Publi-information

A voir également


Ce document intitulé « L'obligation d'information du médecin sur les risques » issu de Sante-Medecine (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.