Insuline - Rôle, injection et effets secondaires

Septembre 2016
L'insuline est systématiquement prescrite aux personnes atteintes d'un diabète insulino dépendant, (le diabétique de type 1) et à de nombreux diabétiques de type 2. Le traitement consiste à injecter quotidiennement de l'insuline. Le choix de l'insuline, le dosage et le nombre d'injections à effectuer, les règles à adopter en cas d'hypoglycémie ou d'hyperglycémie, en cas de sport, en cas de modifications de l'alimentation, sont le plus souvent apprises au cours d'un court séjour hospitalier dans un service spécialisé.


Définition

L'insuline est une hormone sécrétée par le pancréas qui joue un rôle essentiel dans la régulation de la glycémie (taux de glucose dans le sang). En effet, l'insuline est chargée de faire baisser le taux de glucose sanguin. Ainsi, après avoir mangé, alors que la glycémie augmente, l'insuline va être sécrétée de façon à permettre le stockage du glucose. En cas de diabète insulinodépendant (dit de type 1), le rôle de l'insuline n'est pas correctement assuré ce qui entraîne une hyperglycémie (taux de sucre dans le sang anormalement haut).

Rôle

L'insuline est une hormone fabriquée naturellement par l'organisme et est indispensable à la construction des cellules et à leur fonctionnement. L'insuline est sécrétée par le pancréas, au niveau de cellules spéciales appelées les ilôts de Langherans. Présente en permanence dans le sang, sécrétée 24 h sur 24 à petite dose, la sécrétion d'insuline augmente après la consommation de glucides afin de maintenir le taux de sucre sanguin, la glycémie, autour de 1g/L dans le sang permettant ainsi l'entrée du glucose dans les cellules de l'organisme, comme par exemple celles des muscles ou du foie qui peuvent alors, selon leurs besoins, le capter et l'utiliser pour le transformer en énergie ou le stocker. Chez les personnes ne présentant pas de diabète, l'insuline est ainsi sécrétée continuellement selon les aliments consommés et les besoins.

L'insuline est une hormone qui joue un rôle important dans la croissance, dans le métabolisme des protéines et dans le stockage des graisses. Elle joue surtout un rôle fondamental dans la diminution du taux de sucre sanguin (glycémie). Le mode d'action de l'insuline sur la glycémie est finalement relativement simple puisque sa présence dans le sang suffit à inhiber la production de glucose au niveau du foie.

Résistance à l'insuline

Il arrive parfois, principalement chez les personnes obèses et/ou qui ont un taux de cholestérol élevé, que le rôle de l'insuline soit altéré à cause de l'accumulation de gras. C'est ce qu'on appelle la résistance à l'insuline. Cette résistance entraîne une augmentation du taux de sucre dans le sang, pouvant provoquer un diabète au bout de quelques années.

Types d'insulines

Il existe plusieurs sortes d'insuline qui dépendent essentiellement de leur rapidité de passage dans la circulation sanguine ainsi que de leur durée d'action.

Insulines ultra-rapides

Les insulines ultra-rapides passent très rapidement dans la circulation sanguine, dès la cinquième minute après l'injection et leur durée d'action dure environ entre 2 et 3 heures.

Insulines rapide

L'insuline d'cation rapide ne commence à passer dans le sang qu'après 30 minutes et son action se prolonge entre 6 à 8 heures environ. Elle permet d'apporter le pic d'insuline nécessaire afin de contrôler la glycémie après le repas.

Insulines intermédiaire

Les insulines d'action intermédiaires servent à maintenir le pic d'insuline nécessaire au moment des repas et en dehors des repas. Son action se prolonge pendant 10 à 18 heures.

Insulines lente

L'insuline d'action lente dure environ 24 heures.

Autres insulines

Il existe également des insulines intermédiaires et lentes ainsi que des mélanges d'insulines rapide ou ultra-rapide et intermédiaire.

Mécanismes du diabète

Après un repas, le taux sanguin de sucre augmente brièvement, provoquant ce qu'on appelle un pic glycémique : en effet les glucides sont alors transformés essentiellement en glucose. Ainsi libéré, le glucose permettra de fournir les besoins énergétiques immédiats de l'organisme. Le pancréas détecte l'augmentation de la glycémie et produit l'insuline afin de réguler la glycémie et de la maintenir à un taux normal. L'insuline se fixe à des récepteurs présents sur les cellules du foie, des muscles et du tissu graisseux. L'insuline permet alors au glucose de pénétrer dans ces cellules où celui-ci sera transformé et stocké en réserve et permettra de faire diminuer la concentration sanguine en glucose. Mais lors d'un diabète, ce système est défaillant. Le glucose apporté par les aliments reste ainsi dans le sang au lieu de pénétrer dans les cellules, entraînant ainsi une augmentation de la glycémie.

Injection d'insuline

Si on utilise l'insuline par voie intraveineuse chez les diabétiques, c'est parce qu'elle est détruite par les enzymes lorsqu'elle est administrée par voie orale.

Le patient doit apprendre à se faire ses propres injections d'insuline par voie sous-cutanée à raison de une à trois fois par jour. Ces injections quotidiennes, incontournables, sont assez contraignantes. Les professionnels médicaux peuvent eux aussi pratiquer des injections d'insuline soit par voie sous-cutanée, soit en intraveineuse. Ce type d'injection d'insuline peut être nécessaire dans les services d'urgence en cas d'hyperglycémie majeure ou d'acidocétose diabétique par exemple.

Il est indispensable de bien connaître les techniques d'injection et les zones dans lesquelles celles-ci doivent être effectuées,... Il est nécessaire d'adopter une bonne technique afin de bien contrôler sa glycémie et de s'assurer que son diabète est équilibré correctement.

Où injecter l'insuline ?

Les bras, le ventre, les cuisses, les fesses sont les zones les plus conseillées. L'insuline injectée dans l'abdomen passe plus rapidement que celle injectée dans le bras et les cuisses. Il est, en revanche, préférable d'éviter certaines zones : autour du nombril, près des genoux, etc. Modifier la zone d'injection dans certaines circonstances pour éviter les déformations de la peau, les lipo-dystrophies, provoquées par la répétition des injections répétées au même endroit. Garder la même zone d'injection pour chaque moment de la journée en évitant de piquer au même endroit. Par exemple : le matin dans l'abdomen, le midi dans les bras, le soir dans les cuisses ou les fesses.

Désinfection de la peau

Se laver les mains avant une injection est une règle fondamentale. Une bonne hygiène, avec de l'eau et du savon, est suffisante. L'alcool n'est pas toujours nécessaire, sauf dans certaines situations.

Vérifier l'état de sa peau

Eviter les endroits où sont présents des cicatrices, des plaques d'eczéma, une infection... Eviter les injections dans les lipo-dystrophies, anomalies des tissus sous cutanés, provoquées par des injections répétées d'insuline au même endroit. Elles provoquent des boursouflures de la peau entraînant une mauvaise résorption de l'insuline et un déséquilibre du diabète.

Conservation

Plus l'insuline est conservée à une température élevée et plus elle est absorbée rapidement. Garder le flacon d'insuline utilisée chaque jour à la température ambiante. Les stocks sont conservés avant leur utilisation au réfrigérateur. Un bain très chaud prit immédiatement aussitôt après une injection, permettra de faire passer l'insuline légèrement plus rapidement car la température de la peau influence la vitesse d'absorption de l'insuline. Eviter de laisser les flacons au soleil. Le froid et le gel détruisent l'action de l'insuline.

Prudence

Vérifier l'absence d'hypoglycémie au cours de la nuit ou d'hyperglycémie au réveil. Effectuer une auto-mesure 3 à 4 fois par jour : avant les 3 repas et avant le coucher. Eviter l'hypoglycémie.

Stylo auto-injectable

La préparation d'une injection avec un stylo à insuline dépend de chaque modèle de stylo. Le stylo permet de se piquer partout, discrètement, à l'abri des regards et se transporte facilement. Adopter les règles d'hygiène fondamentales consistant à se laver les mains avec de l'eau et du savon : se laver les mains avec du savon. Une mauvaise utilisation du stylo peut provoquer des effets secondaires. Se piquer perpendiculairement.

Pompe à insuline

Une pompe à insuline permet d'administrer continuellement un taux d'insuline correspondant aux besoins de la personne diabétique. L'appareil peut être programmé pour administrer la quantité nécessaire à l'organisme tout en maintenant une glycémie de base en dehors des repas. Des doses supplémentaires peuvent être délivrées à la demande selon les repas consommés.

Insuline inhalée

L'insuline inhalée pourrait, dans le futur, remplacer les injections d'insuline nécessaires au traitement du diabète. En effet, cette nouvelle forme d'administration est à l'étude dans des laboratoires pharmaceutiques. Le but est bien sûr d'améliorer grandement le confort de vie des personnes diabétiques et de favoriser une prise en charge plus rapide de leur maladie, certains patients retardant au maximum le début du traitement par peur des piqûres. Le débat est toutefois ouvert sur l'efficacité de l'insuline administrée par inhalation et sur ses éventuels effets secondaires, notamment sur le système pulmonaire. À noter qu'en 2006, un premier inhalateur d'insuline nommé Exubera ® a été commercialisé avant d'être retiré du marché en 2008. Il était soupçonné d'amplifier les risques de cancer du poumon.

Notre vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé.


A voir également :

Publi-information
Publi-information

Insulin treatment
Insulin treatment
El tratamiento con insulina
El tratamiento con insulina
Insulin
Insulin
Ce document intitulé « Insuline - Rôle, injection et effets secondaires » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.