Contraception - Méthodes contraceptives

Septembre 2016
Plus de 50% des Français, et dans la très grande majorité des femmes, choisissent leur moyen de contraception seuls sans avoir toujours suffisamment d'informations sur les différentes méthodes contraceptives disponibles. Le manque d'information empêche ainsi les femmes de recourir à l'utilisation de certaines méthodes contraceptives et poussent certaines d'entre elles à subir une IVG. Un jeune de 16 à 25 ans sur dix n'est pas conscient que la pilule ne protège pas des infections sexuellement transmissibles. 64% des Français considèrent à tort qu'il existe des jours sans aucun risque de grossesse durant le cycle de la femme. 22% pensent que la pilule peut rendre stérile. 50% considèrent qu'il faut déjà avoir eu un enfant pour utiliser un stérilet.


Définition

Le contraceptif est un objet ou une substance dont le but est d'empêcher une grossesse. La contraception regroupe tous les moyens temporaires et réversibles pour éviter une grossesse. Différents types de contraceptifs existent. Il y a ceux qui bloquent l'ovulation, comme la pilule, l'anneau vaginal ou le timbre contraceptif. Il y a ceux qui empêchent la rencontre des spermatozoïdes avec l'ovule, comme le préservatif, le diaphragme ou les spermicides. Enfin, il y a ceux qui empêchent la nidation de l'œuf, comme le stérilet.

Contraceptif chimique

On qualifie de contraceptif chimique toute substance chimique destinée à empêcher une grossesse. Il existe plusieurs types de contraceptifs chimiques. Les spermicides se déposent dans la cavité vaginale et tuent les spermatozoïdes. La pilule féminine est un contraceptif chimique très répandu dont l'efficacité réside dans les hormones progestatives ou oestrogènes qu'elle contient. Il existe également des contraceptifs chimiques masculins à base d'hormones androgènes et progestatives.

Méthode de contraception

La contraception est un ensemble de méthodes permettant à un couple de contrôler la naissance d'un enfant.

De nombreuses méthodes permettent aujourd'hui à chaque femme et à chaque couple, de faire le choix d'une contraception adaptée à sa situation. Les méthodes de contraception varient selon l'âge de la femme, les conditions socio économiques, la vie amoureuse, les pratiques sexuelles, les possibilités d'observance d'un traitement régulier à heure fixe...

Contraception masculine

Le préservatif constitue le principal moyen de contraception masculine. Il empêche la rencontre entre les spermatozoïdes et l'ovocyte, rendant impossibles l'ovulation et la grossesse. La vasectomie est une chirurgie qui consiste à sectionner les canaux transportant le sperme et qui entraîne une stérilisation définitive. Il existe également des traitements hormonaux (pilules, injections, gels) qui empêchent la maturation des spermatozoïdes. La méthode hormonale n'est pas très répandue en raison de ses possibles effets secondaires : baisse de la libido, acné, augmentation du risque de cancer de la prostate.

Contraception orale

La contraception orale est une méthode contraceptive hormonale qui consiste en la prise quotidienne d'un comprimé, plus souvent appelé pilule. Celle-ci peut combiner l'effet de deux hormones, plus ou moins dosées selon les comprimés : les oestrogènes et la progestérone. Il existe aussi des pilules, appelées progestatives, qui ne contiennent que la progestérone. Elles ont dans les deux cas pour effet de bloquer le processus d'ovulation et d'empêcher la grossesse. En France, plus de 50% des femmes entre 20 et 45 ans ont adopté cette méthode contraceptive.

Contraception d'urgence

La contraception d'urgence, plus communément appelée pilule du lendemain, est une méthode contraceptive utilisée après un rapport sexuel non (ou mal) protégé. Il existe alors deux méthodes, hormonale ou mécanique, pour prévenir la survenue d'une grossesse. La première, à utiliser rapidement après le rapport, consiste en la prise d'un comprimé unique. Son efficacité dépend notamment du délai entre le rapport sexuel et la prise de la pilule. Le second est la pose d'un DIU (Dispositif Intra-utérin - ou stérilet) au cuivre, qui rend les spermatozoïdes inactifs.

Fiabilité

Aucune méthode contraceptive n'est fiable à 100% et valable tout au long de sa vie.

Choix

Pouvoir choisir sa méthode contraceptive en ayant le maximum d'informations grâce à l'aide et les conseils d'un professionnel de santé rend la contraception plus efficace. Impliquer au maximum la femme et le couple dans le choix de la méthode : La méthode doit être choisie et discutée avec la femme et si possible avec son partenaire. Enfin, tenir compte de la situation sociale, économique et sentimentale.


Le choix d'une méthode contraceptive adaptée doit tenir compte de la situation clinique et personnelle de la personne, de ses préférences et des contre-indications et de la tolérance.

A l'exception du préservatif, aucun moyen contraceptif décrit dans le document ne protège des infections sexuellement transmissibles.Le risque de thrombose veineuse est augmenté (x 2) avec les contraceptifs oraux de 3e génération (C3G) par rapport aux contraceptifs oraux de 1re (C1G) et 2e génération (C2G) contenant moins de 50 µg d'éthinylestradiol. Pour les contraceptifs oraux estroprogestatifs contenant de la drospirénone, le dispositif transdermique et l'anneau vaginal : le sur risque thromboembolique est du même ordre que celui des C3G par rapport aux C2G.

Contraception hormonale estroprogestative - Orale


Indication

« Contraception orale » ou « contraception hormonale orale » ou « contraception orale chez la femme ayant une acné légère à modérée. Préférer les C1G/C2G contenant moins de 50 µg d'éthinylestradiol lors de la primoprescription d'une contraception orale estroprogestative. Le sur risque thromboembolique veineux ne justifie pas un arrêt brutal d'une C3G.

Contre-indications

  • Présence ou antécédents personnels ou familiaux de thrombose veineuse,
  • présence ou antécédents personnels ou familiaux de thrombose artérielle.
  • présence d'un facteur de risque sévère ou de plusieurs facteurs de risque de thrombose veineuse ou artérielle.

Contraception hormonale estroprogestative - Transdermique

Spécialité disponible (non remboursable) : EVRA (patch contraceptif). Appliquer et laisser en place pendant une semaine complète (7 jours), trois semaines successives, suivies d'1 semaine sans patch.

Indication

Femmes en âge de concevoir (entre 18 et 45 ans), privilégier les contraceptifs oraux combinés de 1re et 2e génération contenant du lévonorgestrel en première intention : en effet, le risque d'événement thromboembolique similaire à celui des contraceptifs oraux combinés de 3e ou 4e génération.

Contre-indications

Parmi les contre-indications :
  • Hypersensibilité aux substances actives ou à l'un des excipients,
  • présence ou antécédents de thrombose veineuse, avec ou sans embolie pulmonaire,
  • présence ou antécédents de thrombose artérielle.

Contraception hormonale estroprogestative - Vaginale

Un seul anneau vaginal contraceptif estroprogestatif actuellement disponible (non remboursable) : Nuvaring système de diffusion vaginal. L'anneau doit être laissé en place sans interruption pendant 3 semaines, suivies d'1 semaine sans anneau.

Indication

Destiné aux femmes en âge de procréer (entre 18 et 40 ans).

Contre-indications

Présence ou antécédents de thrombose veineuse ou artérielle, facteurs de risque connus de thromboses veineuses ou artérielles (ex : résistance à la protéine C activée), antécédents de migraine avec symptômes neurologiques focaux, diabète compliqué avec atteinte vasculaire.

Contraception hormonale progestative - Orale

Elle comprend Cerazette (Désogestrel) et ses génériques (non remboursables) et Microval (Lévonorgestrel, remboursable).
  • Cerazette : Un comprimé chaque jour à peu près à la même heure sans interruption.
  • Microval : Un comprimé pris quotidiennement sans interruption à heure fixe.

Contre-indications


Contraception hormonale progestative - sous-cutanée

Spécialité contraceptive progestative sous-cutané (remboursable) actuellement disponible : Nexplanon (Etonogestrel). Ce dispositif peut être utilisé en cas d'antécédent de thrombose, mais est contre-indiqué en cas de thrombose en cours.

Insérer en sous-cutané dans des conditions d'asepsie (sous la peau dans le bras non dominant, avec l'applicateur préchargé), peut être laissé en place pendant trois ans, retrait effectué par un professionnel de santé.

Indication

Sécurité établie chez les femmes entre 18 et 40 ans, proposer en seconde intention, chez les femmes présentant une contre-indication ou une intolérance aux contraceptifs estroprogestatifs et aux dispositifs intra-utérins, ou en cas de problèmes d'observance à la contraception orale.

Contre-indications

  • Accident thromboembolique veineux évolutif,
  • tumeurs malignes, connues ou suspectées, sensibles aux stéroïdes sexuels,
  • présence ou antécédent de tumeurs du foie et antécédent d'affection hépatique.

Liste complète en page 22

Contraception hormonale progestative - Injectable

Spécialité actuellement disponible : Depo-Provera (Acétate de médroxyprogestérone, 150 mg)

Indication

« Contraceptif à longue durée d'action (3 mois) si impossibilité d'utiliser d'autres méthodes contraceptives », n'est pas recommandé chez les adolescentes et patientes présentant des facteurs de risque d'ostéoporose.

Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients, anomalie des tests hépatiques, atteintes hépatiques, accidents ou antécédents d'accidents thrombo-emboliques veineux.

Dispositif intra-utérin au cuivre (stérilet)

Ce type de dispositif intra-utérin est inséré dans la cavité utérine et assure une contraception à long terme réversible (surface de cuivre : 375 ou 380 mm2).

Indication

Contraception intra-utérine, parfois contraception d'urgence (pour certains DIU),
méthode contraceptive de 1ere intention, considérée comme très efficace

Contre-indications

Grossesse suspectée ou avérée, infection puerpérale en post-partum. en post-abortum : immédiatement après un avortement septique.

Dispositif intra-utérin au lévonorgestrel

Dispositifs intra-utérin (appelé aussi stérilets) au lévonorgestrel (remboursable) actuellement disponibles : Mirena, Jaydess

Indication

Contraception intra-utérine, ménorragies fonctionnelles, n'est pas une méthode contraceptive de première intention chez les femmes nullipares.

Contre-indications

  • Grossesse avérée ou suspectée,
  • infection pelvienne,
  • infection génitale basse.

Notre vidéo


A voir également :

Publi-information
Publi-information

Inventory and statistics of contraception in France
Inventory and statistics of contraception in France
Contracepción - Situación y estadísticas en España
Contracepción - Situación y estadísticas en España
Empfängnisverhütung - Zahlen und Fakten
Empfängnisverhütung - Zahlen und Fakten
Ce document intitulé « Contraception - Méthodes contraceptives » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.