Le lait : rumeurs et contre vérités

Mars 2017

Une série de rumeurs alarmistes vise à dénigrer le lait et les produits laitiers. L'importance du calcium issu des produits laitiers n'est pourtant plus à prouver, comme le rappelle un communiqué de l'Académie Nationale de Médecine publié en avril 2008 (avant la révélation de présence de mélamine dans les produits laitiers chinois qui a fait l'objet de recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé.

Les méfaits supposés du lait

Certaines rumeurs affirment que les produits laitiers provoqueraient des maladies dont l'ostéoporose. Comme le rappelle l'Académie de médecine « les seules contre-indications du lait sont l'allergie, en général non persistante, aux protéines laitières (surtout caséine) chez le nourrisson ». L'intolérance au lactose par manque de lactase se voit essentiellement dans les populations asiatiques ou dans les régions méridionales et ne concerne que le lait de vache et non les fromages et produits fermentés.

Les bienfaits des produits laitiers

Le lait apporte par ailleurs un apport protéique très important de bonne valeur biologique, des peptides bio-actifs et des sources de phosphore, de potassium, d'oligo-éléments (zinc, iode, sélénium...) et de vitamines (A, B12, B1, B6...). C'est aussi, avec les produits laitiers, la principale source de calcium dans l'alimentation humaine. Sans eux, il est impossible d'assurer les apports recommandés selon l'âge. Les propriétés du calcium d'origine végétale sont en effet souvent diminuées par la présence de substances insolubilisantes (phytates, oxalates, polyphénols). Leur biodisponibilité est inférieure à ceux du calcium du lait qui sert de référence. Dans les produits laitiers, la biodisponibilité du calcium est meilleure car le calcium est lié à des protéines (caséine) ou à des polypeptides ce qui facilite ainsi son absorption.

Recommandations pour chaque âge

De la naissance à 6 mois

Les besoins en calcium sont garantis par le lait maternel ou artificiel.

De 6 mois à 3 ans

Le lait de suite et lait de croissance sont indispensables pour assurer les besoins en calcium, protéines et en acides gras essentiels, fer et vitamines. A noter : le lait de vache entier ou demi écrémé n'est pas recommandé jusqu'à 1 an, car pas assez riche en acides gras essentiels et en fer et trop riche en protéines.

À l'adolescence

Un jeune qui ne consomme pas de produits laitiers a une carence en calcium car son régime de base ne lui procure que la moitié des apports nutritionnels conseillés. Il est donc important de valoriser les produits laitiers auprès des adolescents afin de limiter les risques de fractures et en prévention de l'ostéoporose.

Chez la femme enceinte et son foetus

Les produits laitiers sont la source principale de calcium.

Notre vidéo


Chez l'adulte

L'association de vitamine D au calcium limite les risques de fractures. Là encore, les produits laitiers restent la source principale de calcium et de protéine. Chez la personne âgée ou la femme ménopausée s'il existe des risques importants d'ostéoporose, un supplément en calcium et vitamine D doit être automatiquement préconisé. Chez les sujets atteints de surcharge, les produits laitiers allégés sont efficaces dans la prévention, voire le traitement de l'obésité, ou de diabète de type 2.

Source

Lire le compte rendu complet sur le site de l'Académie de Médecine

Crédit photo : © NiDerLander - Fotolia.com

A voir également


Publi-information
Ce document intitulé « Le lait : rumeurs et contre vérités » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.