Cholestérol

Décembre 2016
Avoir trop de « cholestérol » est devenu un véritable problème de santé publique évoqué quotidiennement dans les médias et dans notre vie quotidienne. Pourtant, en quantité raisonnable, le cholestérol est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme. Mais lorsque son taux est trop élevé, il devient néfaste pour la santé. Plus de 20% des français présentent un excès de cholestérol et près de 5 millions prennent des médicaments contre le cholestérol.


Définition

Le cholestérol fait partie de la famille des lipides ou des matières grasses, plus communément appelés « graisses ». Ce corps gras circule dans le sang. Le cholestérol est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme. Le cholestérol est fabriqué dans près de 70% par l'organisme. Le reste provient de l'alimentation. Le cholestérol se retrouve dans les produits d'origine animale (viande, charcuteries, laitages, abats...) ainsi que dans les oeufs, poissons, crustacés..

Il est synthétisé en grande partie par le foie. La régulation du cholestérol dépend de facteurs génétiques et de notre mode d'alimentation.

Rôle

Il participe à la fabrication de la membrane des cellules assurant ainsi la bonne fluidité des cellules ainsi que leur perméabilité à certaines substances. Il intervient également dans la production de sels biliaires dont le rôle dans la digestion est essentiel. Le cholestérol permet la synthèse d'hormones stéroïdes comme par exemple celle de l'aldostérone, hormone intervenant dans le contrôle de la tension artérielle. La synthèse d'hormones stéroïdes sexuelles, comme la progestérone ou la testostérone, est également dépendant du cholestérol. Il est également indispensable à la synthèse de Vitamine D, permettant la fixation du calcium sur les os.

Transport

Le cholestérol est transporté dans le sang par l'intermédiaire de protéines, les lipoprotéines. Il existe deux sortes de lipoprotéines: les LDL, lipoprotéines de petite densité qui ont pour nom les low density lipoprotein et les HDL, lipoprotéines de haute densité qui ont pour nom les High Density Lipoprotein.

Choléstérol total

Le cholestérol total comprend ainsi le cholestérol LDL et le cholestérol HDL, appelés respectivement bon cholestérol et mauvais cholestérol. Préconisé dans le cadre d'un bilan lipidique, le taux de cholestérol total est généralement prescrit afin de procéder au dépistage d'une éventuelle hypercholestérolémie. Caractérisée par un excès de cholestérol, l'hypercholestérolémie ne présente pas de signes cliniques annonciateurs de complications plus sérieuses que peuvent être l'accident vasculaire cérébral ou l'attaque cardiaque. Elle peut être isolée ou couplée à une hypertriglycéridémie. Souvent appelé sous son abréviation CT, le cholestérol total est souvent la première évaluation demandée par le médecin. Les résultats doivent généralement afficher un taux inférieur ou égal à 2,00 g/l, avec certaines tolérances selon l'âge du patient.

Bon cholestérol (HDL)

Les lipoprotéines HDL récupèrent le cholestérol qui se dépose dans les artères, se chargeant ainsi du transport du cholestérol qui circule ainsi des artères vers le foie où il est éliminé. Le HDL cholestérol ainsi constitué débarrasse les artères de dépôts lipidiques de mauvaise qualité. Ce cholestérol associé à l'HDL est appelé « le bon cholestérol » : il permet de réduire les risques de survenue de l'athérome. 20 à 30% environ du cholestérol sanguin est associé aux HDL.

Mauvais cholestérol (LDL)

Les lipoprotéines LDL, néfastes à l'organisme, déposent le cholestérol sur les parois des artères formant alors des plaques d'athérome. Ce cholestérol a donc ainsi tendance à se déposer dans les artères et à les obstruer. 60 à 80% du cholestérol dans le sang est associé aux LDL.

Dosage sanguin

Sur la feuille d'analyse, il faut donc regarder le cholestérol total, certes, mais surtout la quantité de HDL et de LDL. Le plus important, c'est que le LDL soit en-dessous de la barre fatidique de 1,60 g/L. Au-delà, on a coutume de dire qu'on "fait du cholestérol", même si l'expression est inadaptée.


Le médecin va aussi regarder le rapport cholestérol/HDL. En effet, si vous avez suffisamment de HDL pour débarrasser vos artères du LDL, la situation est acceptable. Ceci dit, le mieux est toujours d'avoir un taux de LDL bas et un taux de HDL relativement élevé." Dans le calcul de ce rapport, on tient également compte des triglycérides. "Ce sont des graisses de fort volume, qui sont stockées dans les cellules en prévision d'un effort. Elles sont amenées par l'alimentation et fournissent de l'énergie." Outre le taux de triglycérides indiqué, il faut également regarder l'aspect du sérum. Il doit être limpide. Une couleur trouble peut attester de la présence en trop grande quantité de ces graisses. "Comme le LDL cholestérol, elles augmentent le risque de problèmes cardiovasculaires, même si c'est moins flagrant. Elles peuvent aussi entraîner des soucis au niveau du pancréas."

Le premier bilan lipidique complet (HDL cholestérol, LDL cholestérol, triglycérides) doit être fait dès l'âge adulte donc à partir de 18 ans. Si ce premier bilan est satisfaisant, il n' y a pas lieu de le refaire avant plusieurs années (tous les 5 ans), sauf s'il y a des anomalies ou que des facteurs de risque apparaissent. Un bilan est également prescrit dans certaines situations, par exemple lors d'une grossesse ou avant de débuter une contraception. Dans tous les cas, votre médecin vous orientera.

Dans le cas d'une hypercholestérolémie familiale en revanche, les dosages doivent se faire le plus tôt possible chez l'enfant, puis très régulièrement. Il s'agit en effet d'une anomalie génétique présente chez un nouveau-né sur 500 et qui se caractérise par une élévation du cholestérol dès la naissance. Le repérage de ces enfants se fait assez naturellement (familles avec des accidents vasculaires précoces notamment). Le dépistage doit donc se faire le plus tôt possible pour mettre en place rapidement les mesures hygiéno-diététiques et les traitements médicamenteux.  

A savoir : le bilan lipidique doit être fait après 12 h de jeûne. En pratique, prenez donc rendez-vous le matin tôt et rendez-vous directement au laboratoire, sans prendre de petit déjeuner. Cet examen consiste en une simple prise de sang.

Les résultats sont généralement disponibles le jour même et un exemplaire est envoyé directement au médecin prescripteur.

Valeurs normales

En l'absence de facteur de risque, le bilan lipidique sera considéré comme normal pour les valeurs suivantes :
  •  LDL-cholestérol < 1,6 g / L
  •  Triglycérides < 1,5 g / L
  •  HDL-cholestérol > 0,4 g / L
  •  Cholestérol total < 2 g / L

Taux élevé de cholestérol LDL

Un taux sanguin élevé de LDL-cholestérol conduit à la formation de plaques d'athérome. Le LDL cholestérol est ainsi appelé le « mauvais cholestérol ».

Une augmentation du taux de mauvais cholestérol et une diminution du taux de bon cholestérol sont donc des facteurs de risques de voir survenir une plaque d'athérome, souvent à l'origine de maladies cardiovasculaires, d'impuissance, d'accident vasculaire...


Ca se complique quand...

Vous êtes une femme de plus de 55 ans, vous fumez, vous avez un peu de diabète de type 2... Bref, vous avez un ou plusieurs facteurs de risque. Premier conseil : ne vous précipitez pas sur Internet pour chercher des valeurs "normales" et ne comparez pas non plus vos résultats avec ceux de votre conjoint. Seul votre médecin, au cas par cas, au vu de ces résultats ainsi que de vos autres facteurs de risque (âge, sexe, mode de vie, antécédents, état de santé), pourra les interpréter et ainsi déterminer si, oui ou non, vous avez besoin d'une prise en charge thérapeutique (médicament et / ou mesures hygiéno-diététiques).
  •   Dans tous les cas les mesures diététiques sont préconisées dès que le LDL cholestérol dépasse 1,6g/L.
  • En ce qui concerne les médicaments, tout dépend des facteurs de risque. Pour certains le taux de LDL nécessitant un traitement médicamenteux peut être élevé (2,2 g/L de LDL cholestérol) alors que pour d'autres, il débute dès que le LDL dépasse 1 g/L.

Traitement

Encore une fois, c'est avec votre médecin qu'il faut analyser les résultats. Au cas par cas, en fonction de vos antécédents, de vos facteurs de risque et de votre hygiène de vie, il décidera si oui ou non un traitement médicamenteux est justifié. En revanche, médicament ou pas, si votre taux de cholestérol est trop élevé, vous ne passerez pas au travers d'un régime diététique et de quelques heures d'activité physique chaque semaine. C'est en effet la base de toute prise en charge du cholestérol. Et cela vaut vraiment la peine de le suivre car à lui seul, et sans l'aide de médicaments, ce régime peut déjà faire baisser de 15 % votre taux de cholestérol. 

Votre médecin vous a prescrit un traitement médicamenteux ?
  •  Première chose : ce médicament (il s'agit le plus souvent d'une statine) ne remplace pas le traitement diététique. Il faut continuer à surveiller votre alimentation malgré tout. Sans cela, votre médicament ne sera pas efficace.
  •  Entre le premier et le troisième mois qui suivent, ce traitement sera surveillé afin de vérifier que vous le tolérez bien et qu'il est efficace.
  •  Une fois le traitement mis en place, un bilan annuel lipidique devrait suffire.

Améliorer son taux de cholestérol

Alors, comment faire pour garder le meilleur équilibre possible entre toutes ces graisses ? Encore une fois, cela passe par l'alimentation et l'hygiène de vie.
  • Eviter les viandes rouges et graisses animales d'une manière générale. Charcuterie, fromage, tout cela n'est hélas pas une bonne idée...
  • A l'inverse, privilégiez des poissons tels que le saumon, riche en HDL cholestérol et en Oméga-3 ou encore l'huile de colza.
  • 5 fruits et légumes par jour, encore et toujours.
  • Du sport, du sport et encore du sport, rien de tel pour vous maintenir en santé ! N'en faites pas trop non plus : une activité à un rythme modéré, trois fois par semaine, suffit à se maintenir au top de sa forme.


Attention, toutes ces précautions ne suffisent pas forcément et si vous avez tendance à avoir un taux de LDL cholestérol trop élevé, il faudra faire des analyses très régulièrement. "N'oublions pas que seul un tiers du cholestérol provient de notre alimentation, rappelle Daniel Gloaguen. Le reste est directement fabriqué par notre organisme."

Vidéo

Les précisions du docteur Pierrick Hordé :

A voir également :

Publi-information

Cholesterol
Cholesterol
Ce document intitulé « Cholestérol HDL et LDL - Bon & mauvais cholestérol » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.