Syndrome du bébé secoué

Novembre 2017
Secouer un bébé est un geste violent, qui peut causer des lésions cérébrales importantes et être fatal. Chaque année, plusieurs dizaines d’enfants très jeunes sont victimes de ce qu’on appelle le syndrome de l'enfant secoué, souvent pratiquée à la suite de secousses pratiquées par des adultes de leur entourage, le plus souvent exaspérés par ses pleurs (père, mère, nourrice...). Les conséquences peuvent être très graves pour l’enfant.


Anatomie

Ce syndrome s’explique par les caractéristiques anatomiques des bébés en très bas âge qui les rendent plus fragiles. Lorsqu’un bébé est secoué, des lésions cérébrales peuvent en effet survenir même si son crâne ne reçoit aucun choc. Les nourrissons ont en effet une tête relativement grosse et lourde par rapport à leur corps. La musculature de leur cou est faible et leur cerveau, encore en développement, ne remplit pas toute la boîte crânienne. Sous l’effet des secousses, la tête du bébé se balance rapidement d’avant en arrière et son cerveau heurte les parois de son crâne. Des vaisseaux sanguins cérébraux peuvent alors se rompre, des contusions et un œdème cérébral apparaître, et le tissu cérébral se déchirer.


Le cerveau du bébé, trop petit, ne remplit pas la boite crânienne risquant ainsi de toucher les parois osseuses à l'occasion de mouvements de va et vient violents. Le cerveau flotte, s'écrase contre les parois et provoque une rupture des vaisseaux sanguins.

Maltraitance ou imprudence ?

La maltraitance est souvent mise en cause dans le syndrome de l'enfant secoué. Dans ce cas, d'autres signes peuvent s'observer lors de l'examen du bébé : fractures de côtes, ecchymoses sur le corps... Malheureusement, il arrive également que ce syndrome soit causé par une imprudence sans relation avec une maltraitance volontaire.

Statistiques

200 syndromes de bébé secoué, au minimum, se produiraient chaque année en France, chiffre probablement sous-estimés, car le diagnostic est souvent difficile en raison de manifestations atypiques et peu connues, et parce que la maltraitance n'est pas toujours envisagée.

Séquelles

On estime ainsi que 10% de bébés secoués meurent et des suites de leurs blessures et que 75% gardent des séquelles neurologiques.

Homme

Ce traumatisme crânien est provoqué par un homme dans 70% des cas.

Quel âge ?

Les nourrissons de moins de 1 an, et particulièrement ceux âgés de moins de 6 mois sont concernés par le syndrome du bébé secoué dans la majorité des cas. Ce syndrome survient plus fréquemment chez les garçons. Il concerne souvent le premier enfant : les parents, quand ils sont en cause, sont inexpérimentés ou épuisés et s'affolent, perdent leur moyens lorsque leur bébé pleure sans arrêt.

Diagnostic

Scanner et IRM

Un scanner en urgence puis IRM doivent être pratiqués en urgence devant la suspicion d'un syndrome du bébé secoué afin de rechercher un hématome sous-dural ou d'autres lésions cérébrales.

Fond d'oeil

Un fond d'oeil permet de rechercher des hémorragies rétiniennes présentes dans 80% des situations.

Symptômes

Les nourrissons victimes d’un syndrome du bébé secoué ont un comportement inhabituel, caractérisé par un ou plusieurs symptômes : une somnolence inhabituelle, des troubles de la conscience ou une extrême irritabilité ; des vomissements sans raison apparente ; une perte des sourires ou du babillage habituels ; une tendance à ne pas fixer le regard ; des convulsions ; une difficulté à respirer ou des pauses respiratoires. Face à ces signes, il est indispensable de contacter au plus vite les services d’urgence médicale. Un diagnostic et des soins précoces sont essentiels pour diminuer les séquelles neurologiques si elles existent.

Symptômes neurologiques


Symptômes moins spécifiques


Prévention

Ne pas secouer violemment un enfant en bas âge demeure l'attitude indispensable à connaître. Les parents doivent apprendre à éviter de s'énerver et de secouer leur enfant lorsqu'il pleure. Ne pas le porter dans ses bras et jouer en le faisant bouger ou en faisant des mouvements de rotation, comme « faire l'avion ». Si un bébé pleure, s'agite, s'énerve, il ne faut pas le secouer pour tenter de le stimuler. Ne pas craquer si un enfant pleure : coucher le bébé bien en sécurité sur le dos, quitter la chambre pour quelques minutes en fermant la porte de la pièce, se rendre chez des amis, de la famille ou des voisins ou, si l'on sent que l'on peut blesser l'enfant dans les instants qui viennent, appeler à l'aide le 119 ("Allo enfance en danger").

Récidive

Les récidives du syndrome de l'enfant secoué se produisent dans plus de 50% des cas.

Conseils

Consulter rapidement votre médecin si votre bébé somnole, vomit ou fait un malaise après avoir été secoué. En effet, un transfert en réanimation doit être effectué le plus rapidement possible en cas de lésions neurologiques.

Vidéo

Les précisions de la journaliste santé Claire Gabillat.


Publi-information

Shaken baby syndrome
Shaken baby syndrome
Síndrome del niño zarandeado
Síndrome del niño zarandeado
Das Schütteltrauma
Das Schütteltrauma
Ce document intitulé « Syndrome du bébé secoué  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.com) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.